04-03-2018 16:48 - Dakar, capitale des Soninko

Dakar, capitale des Soninko

Radio Mauritanie - Après Kayes en 2011 et 2012, Nouakchott en 2014, Bamako en 2016 c’était au tour de Dakar, la capitale de la République du Sénégal d’abriter la 5ème édition du FISO (Festival International Soninké) du 21 au 25 février 2018.

Cette date n’a pas été choisie au hasard par les organisateurs sénégalais car elle a coïncidé avec la journée internationale de la langue maternelle choisie par l’Unesco. Le Fiso est un grand moment de rencontre entre la communauté soninké du monde pour échanger sur leur langue, leur culture, leur histoire et leur patrimoine.

La rencontre de Dakar a été historique car placée sous le haut patronage de du président de la République du Sénégal. Son excellence Macky SALL est venu en personne présider la cérémonie d’ouverture. Il avait à ses côtés son Ministre des Affaires Etrangères, Maître Sidiki Kaba, celui de la Culture Abdou Latif Coulibaly. Des députés, des Maires, des chefs religieux dont le professeur et imam de la grande mosquée soninké de Dakar, Abdoulaye Ba étaient également de la partie.

Plusieurs personnalités sénégalaises et sous-régionales étaient présentes dans la tribune : Dioncounda Traoré, ancien Président de la République du Mali et la Ministre malienne de la Culture pour ne citer que celles-là. A l’ouverture de la cérémonie, le Maire de la Médina remercié les organisateurs pour avoir choisi sa commune pour abriter les festivités du Fiso.

Bamba Fall a qualifié les soninkés de communauté disciplinée et engagée pour le développement de leurs pays respectifs. Il s’est réjoui de la présence d’un grand nombre de soninké dans la commune de médina. Quant à Idrissa Diabira, Président de Wagadu Jida (l’Association des soninkés du Sénégal), il a souhaité la bienvenue à toutes les délégations présentes et remercié tous ceux qui ont contribué à l’organisation du Fiso au Sénégal et au succès du Fiso ; parmi lesquels, le président Macky SALL pour son soutien aux organisateurs.

Autre intervenant, le Président du Fiso Diadié Soumaré et Président de l’A PS (l’Association des Soninkés de France), il a saisi l’occasion pour remercier le Président Macky Sall de sa présence au stade Iba Mar Diop au côté des soninkés pour le démarrage de la 5ème édition du Fiso et pour toutes les facilités qu’il leur a accordées.

Prenant la parole, le président Macky Sall a dit que le Sénégal est honoré d’avoir organisé ce festival après le Mali et la Mauritanie. Il a souhaité la bienvenue aux participants, en leur indiquant qu’elles sont chez eux au Sénégal.

Le président Macky SALL a félicité les organisateurs pour l’avoir associé aux festivités du Fiso avant de dire qu’il est très attaché à la diversité culturelle. Il a dit que la culture c’est ce qui demeure dans l’homme lorsqu’il a tout oublié.

Pendant cinq jours les panels, les conférences, les expositions, entre autres manifestations ont porté sur le thème de la 5ème édition : Wagadu 1er empire Ouest-africain hier - aujourd’hui et demain.

Au menu des activités culturelles, des soirées culturelles et artistiques mettant en lumière l’histoire, la culture et le patrimoine Soninké. Plusieurs troupes soninkés se sont relayées pour égayer les participants, une vingtaine de délégations venues de l’Afrique, de l’Europe et des Etats-Unis. Parmi, elles Yillenkaré la plus ancienne troupe Soninké de Mauritanie.

Délégation mauritanienne

La Communauté Soninké de la Mauritanie s’est distinguée par sa participation : 230 personnes au total, des hommes, des femmes, des jeunes, venus des wilayas de Nouakchott, du Guidimakha, du Gorgol, de Dakhlet Nouadhibou, et des deux Hodhs sous la bannière de l’Association Mauritanienne pour la promotion de la langue et de la culture Soninké(APLCS). Font partie également de cette délégation des journalistes de la presse publique et privée.

Cette participation plutôt massive des Soninké de Mauritanie est le fruit du soutien des autorités à l’endroit de cette Communauté. Ce sont trois bus flambes en neufs, confortables et climatisés qui ont été mis à la disposition de la délégation mauritanienne, sur instruction du Premier ministre Yahya Ould Hademine qui ont assuré sans encombre le transport des participants jusqu’à Dakar.

D’ailleurs, cette attention des autorités mauritaniennes a été saluée par le chef de la délégation mauritanienne et président de l’Association Mauritanienne pour la promotion de la langue et de la culture soninké, Cheikh Sidiya Tandia au nom de son association.

Ainsi, les allégations de mauvais traitements et de négligence relayées sur les réseaux sociaux à l’encontre de l’administration territoriale de Rosso sont grotesques et invraisemblables obstacles : aucun obstacle n’a été posé devant la délégation lors de son transit.

Si la délégation en partance pour Dakar a été contrainte de passer la nuit à Rosso, c’est par ce qu’elle est arrivée après 22h 30. Trop tard, le Bac n’est pas de service après 18h comme nous le savons tous. Cependant ayant appris l’arrivée de la délégation, le Wali du Trarza a tout essayé, jusqu’à 2 h du matin pour faciliter sa traversée mais c’était impossible.

Le lendemain, sur instruction du wali les trois bus de la délégation ont prioritairement traversé dès le premier voyage du bac.

Idy Soumaré

Envoyé spécial de Radio Mauritanie à Dakar

diokide1@yahoo.fr





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1754

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Ibadou (H) 04/03/2018 22:26 X

    Les Soninko ont encore frappé un grand coup dans leur sens de l’engagement de la participation et de la discipline. En effet, je n’ai pas en connaissance une mobilisation pareille d’une population dispersée sur plus de 5 états d’Afrique de l’Ouest, et au delà en Europe et aux ameriques en un temps record. En quelques heures tout ce beau monde a rallié Dakar. La fête fut belle, bien colorée, folklorique avec de très riches débats. Les thèmes des débats ont concerné l’histoire, le social, l’économie et la linguistique de la langue soninké ce fut de très riches débats. Il ne faut pas occulter quelques ratés : la politisation dans un contexte de veille électorale au Sénégal, au Mali et en Mauritanie, aussi la mainmise croissante et dangereuse des islamistes sur la manifestation et enfin la lenteur du renouvellement des instances dirigeantes.