05-03-2018 09:00 - Couvre-feu à Gao, en proie à des tensions interethniques

Couvre-feu à Gao, en proie à des tensions interethniques

VOA Afrique - Un couvre-feu d'une semaine a été instauré à Gao, ville du nord du Mali théâtre de tensions depuis plusieurs jours entre les populations songhaï (noire) et arabe, a-t-on appris dimanche.

"Il est instauré dans la ville de Gao un couvre-feu allant du vendredi 2 au jeudi 8 mars de 20H00 à 6H00 du matin", indique un décret du gouverneur de la région de Gao, le colonel-major Sidiki Samaké, dont l'AFP a obtenu une copie.

Le couvre-feu a été "globalement respecté" dans la nuit de samedi à dimanche, selon un enseignant de la ville. "Il y a quelques rares attroupements devant des domiciles, mais aucun véhicule privé ne circule", a-t-il signalé à l'AFP.

Dans un second décret, le gouverneur a "formellement interdit à tout individu n'appartenant pas aux forces de défense étatique malienne, au Mécanisme Opérationnel de coordination (MOC, composé notamment des groupes armés signataires de l'accord de paix) ou aux forces internationales, de circuler dans la ville de Gao en possession de tout type d'armes à feu".

A Gao, situé sur le fleuve Niger, les populations songhaï, sédentaires et vivant principalement de l'agriculture et de l'artisanat, et des commerçants arabes s'accusent mutuellement depuis une semaine d'être responsable de la mort d'un des leurs.

Deux jeunes commerçants arabes de Gao avaient disparu alors qu'ils circulaient à moto. Le corps de l'un d'entre eux a été retrouvé quelques jours plus tard dans le fleuve Niger, à quelques kilomètres de la ville.

Dans la communauté arabe, certains soupçonnent des membres de l'ethnie songhaï, et des jeunes ont pris position sur une place et tiré en l'air pendant la semaine, transformant Gao en "ville morte" jeudi.

Des jeunes sédentaires, armés de gourdins, voulaient pour leur part "venger" la mort mercredi soir à Gao d'un militaire de la garde nationale, "assassiné" selon eux par un arabe, avait expliqué à l'AFP un responsable du gouvernorat local.

Grande ville du nord du Mali, Gao, à 1.200 km au nord-est de Bamako, avait été occupée en 2012 par des combattants jihadistes liés à Al-Qaïda, chassés en janvier 2013 par une intervention militaire française.

Mais des zones entières du nord du Mali échappent au contrôle des forces maliennes, française et de l'ONU, régulièrement visées par des attaques meurtrières malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes.

Avec AFP



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : VOA Afrique
Commentaires : 1
Lus : 1702

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mystere1 (F) 05/03/2018 09:49 X

    Ces guerres interethniques dans ces pays voisins africains, notamment, au mali, ne sont que des exemples concrets ou réalités malheureusement ; dont les conséquences, résultent de la mésentente, de la suprématie, l’orgueil, racisme etc… de ces peuples voisins entre eux dans une même nation partagée, alors personne n’est à l’abri, car les démons ne sont pas loin, ainsi, faire attention au moindre faux pas entre nous ici dans cette Mauritanie, dont les cœurs bouillonnent comme des volcans prêts à cracher leurs feux, or il n’y a que La Grâce Divine qui nous A Aidé à maîtriser cette hostilité silencieuse et menaçante entre ethnie de ce pays, que Dieu nous Sauve du fitna du mal ; Amin et vive la paix qui est un grand bonheur dont on sous-estime la valeur.