06-03-2018 15:00 - Mauritanie : quelle vérité à propos du thé contaminé par les pesticides ?

Mauritanie : quelle vérité à propos du thé contaminé par les pesticides ?

Sahara Medias - Des rumeurs persistantes font état depuis quelque temps de la présence d’importantes quantités de pesticides dans le thé importé de Chine. Des rumeurs qui ont porté préjudice aux longues séances de thé, cette tradition mauritanienne qui a traversé les âges.

La controverse autour de cette question est née d’abord au Maroc, quand les services de douane du royaume ont intercepté une cargaison de thé en provenance de Chine, qui n’aurait pas respecté les normes exigées quant au taux de pesticides qui doit être de 2 à 3% seulement, alors que les sources à l’origine de la saisie parlent d’un taux de 5%.

La controverse a franchi les frontières du Maroc, depuis que Dr Zeinebou Mint Haydi a appelé sur sa page facebook à laver et filtrer le thé avant sa consommation afin d’en limiter le taux de pesticides qu’il contient.

Cette recommandation faite par une spécialiste de pédiatrie, cumulant une grande expérience, s’est propagée comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux pour devenir le sujet du jour de tous les mauritaniens.

Sahara Media a rencontré Mint Haydi dans sa clinique privée à Nouakchott et l’a interrogé sur la véracité de ses propos.

Celle-ci a d’abord balayé d’un revers de la main sa volonté d’amener les mauritaniens à abandonner le thé, mais plutôt que sa consommation se fasse dans les normes de santé requises.

Dr Mint Haydi a ajouté que le message posté sur sa page facebook était, à priori, destiné à un cercle restreint d’amis, mais elle ne s’attendait pas à ce que la question prenne les allures d’un sujet d’opinion publique.

En revanche, elle rappelle bon nombre d’interrogations et de doutes formulés par de nombreux pays dont le notre, sur la nature du thé importé de Chine, très nombreux dans nos marchés, sur ses composantes et les produits ajoutés pour le multiplier, ceux destinés à éliminer les ennemis des cultures.

« J’avais voulu donner, a ajouté Dr Haydi, recommander aux consommateurs de laver plusieurs fois le thé avant sa consommation, afin d’en réduire le taux de pesticide et celui des produits cancérigènes. »
Reconnaissant qu’elle n’avait aucune expérience dans le domaine, elle précise qu’elle incriminait une variété précise de thé, « bien ajoute-t-elle que tout ce qui est importé de Chine est objet de suspicions».

Cette question divise la rue mauritanienne, certains demandant la prise de mesures draconiennes par les autorités sur les importations de thé en provenance de Chine, tandis que d’autres demandaient pas plus que soumettre les quantités disponibles sur le marché aux examens dans les laboratoires pour s’assurer de leur conformité aux normes exigées et que par conséquent elles n’affectent pas la santé du consommateur.

Sahara Media a tenté d’obtenir, auprès des autorités officielles, une réaction sans succès, comme l’a été la tentative du secrétaire général de l’association mauritanienne pour la défense des consommateurs, El Khalil O. Khairi, à la date du lundi 5 mars.

Dans un entretien avec Sahara Media, O. Khairi a dit que la question de la contamination du thé par les pesticides a d’abord été révélée au Maroc, l’un des plus grands consommateurs de thé.

Un pays qui avait adopté les critères européens relatifs à la qualité et la sécurité alimentaire qui fixent au plus à 2 ou 3% seulement le taux des pesticides, alors que la Chine exporte un thé à 5% de taux de pesticides.

O. Khairi révèle avoir contacté, dès le début de la controverse, l’association marocaine pour la protection des consommateurs qui lui certifié que le pays avait adopté, depuis 2016, les normes européennes, et que les douanes marocaines avaient intercepté une cargaison de thé en provenance de Chine qui n’était pas conforme aux exigences requises.

Le secrétaire général de l’association mauritanienne pour la protection des consommateurs reconnaît ne pas avoir la possibilité de déterminer le taux réel des insecticides dans le thé disponible sur le marché mauritanien.

Il ajoute toutefois que les membres de la colonie mauritanienne en Chine, que son association a contacté, affirment que les chinois soumettent le thé destiné à la Mauritanie au taux autorisé en Chine, c’est-à-dire 5%.

O. Khairi a enfin demandé aux autorités de mener une enquête dans ce domaine pour déterminer le taux de pesticide dans le thé qui arrive sur le marché mauritanien.

Une enquête, conclut-il qui doit être menée par des parties indépendantes.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 3475

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • mystere1 (F) 07/03/2018 09:48 X

    C'est bien de faire ces contrôles et test, mais thé contaminé par des Pesticides ou autres fléaux de parasites, chère dame, que vous sensibilisez, cela ne sert à rien, car le thé fait partie de la culture mauritanienne, en particulier dans ta communauté, en quelque sorte le « atayya » est la champagne traditionnelle du pays, un boisson traditionnel agréable, et drogueuse des nerfs de la plupart de ces amateurs acros qui en perdent le contrôle s’ils ne le boivent pas !

  • abraham (H) 06/03/2018 21:30 X

    Même en Europe où les contrôles sont nombreux, on est pas à l'abris d'importateurs véreux.Mais ce qui se passe en Afrique en général , et en Mauritanie en particulier dépasse l'entendement. La Chine exporte tout ce qui rapporte de l'argent.La qualité dépend de l'importateur:celui qui met le prix peut avoir de la marchandise de qualité,celui qui ne veut que maximiser son profit peut aussi le faire en important du thé aux pesticides,du lait mélangé à de la peinture, de la tomate concentrée avec 90% de colorants chimiques..... L'état n'étant pas regardant sur la qualité des produits et n'ayant même l’expertise nécessaire, ne peut que fermer les yeux et prier pour la santé du peuple. MISKINE!!! LES PAUVRES DE CE PAYS.

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 06/03/2018 20:12 X

    Madame , Zeinebou Mint Haydi, le thé fait partie des denrées les plus consommées en Mauritanie , il est soumis à un contrôle rigoureux et une réglementation très stricte à travers toute une série de précautions et de contrôles. En chine, il est aussi très contrôlé sur le plan sanitaire et de façon inopinée au moins 8 fois par mois .Le thé est l'un des produits les plus contrôlés en chine. Cette histoire de thé contaminé par les pesticides, c’est un pur mensonge Made In Morocco VIVE AZIZ ET VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE

  • synthetiseur (H) 06/03/2018 18:00 X

    Courageuse cette damme de lancer l'alerte ;Pas beaucoup de fonctionnaires ne le feraient; espérons qu'elle crée des émules. Vu la quantité de thé que les mauritaniens ingurgitent par jour, la carence , la négligence et l'incompétence des services spécialisés pour défendre les interets des consommateurs et procéder aux controles cnécessaires, Je ne donne pas chère de la santé de trois millions et demi de personnes et des ongs devraient suivre ce problème et entreprendre des recherches et depistages sur des échantillons de la population. Ce qui est sur c'est que personne parmi les mauritaniens ne peut attester que les chinois ne ne nous fourguent pas n'importe quoi. Aucun controle à priori dans les usines chinoises n'existe et ici non plus je ne suis pas au courant de telles mesures. Rappelons nous des médicaments aspirine et paracetamol à base de farine ou platre. Pauvres de nous.

  • Mawdo1960 (F) 06/03/2018 17:50 X

    Le the mauritanien n est pas en fait mauritanien!!! Alors pourquoi parle-t-on du the mauritanien...

  • hathlele (H) 06/03/2018 16:12 X

    C'est comme si on ne le faisait pas depuis l'arrivée des premières cargaisons du thé chinois: "Techlila"! Même le pire "théificateur" le fait sous le pneu de son camion... Très bonne(s) publicité (s)....Ah,bon! Elle a ouvert une clinique privée? Est - ce qu'on y boit du thé vert de chine? Sidi Ould Bobba Zouerate

  • yawonni (H) 06/03/2018 15:55 X

    Les conseils de Mme sont d'une importance capitale. En europe principalement en Belgique,espagne,France l'importation de thé chinois est surveillée comme du lait sur du feu.Il y eu en 1999 des cas cliniques (Belgique)causés par le the chinois.C'est de veritables briguants tres intelligents ces chinois. L'etat doit veiller sur eux !Le conseil de Mme doit être suivi à la lettre.