08-03-2018 08:29 - Plaidoyer pour la lutte contre l'esclavage au Guidimakha

Plaidoyer pour la lutte contre l'esclavage au Guidimakha

ONG IODE - En ma qualité de Président de l’ONG Initiative d’Opposition Contre les Discours Extrémistes, pour la lutte contre l’Extrémisme, l’Esclavage et le terrorisme.

Je demande à tous les cadres du Guidimagha et en particulier son excellence Monsieur Amedy CAMARA, le Ministre de l’Environnement, Monsieur Sydney SOKHNA, conseiller à la Présidence de la République, de prendre les dispositions pour la lutte contre l’esclavage dans le Guidimagha.

Notre organisation met en garde les notables du Guidimagha et particulier ceux qui sont haut placés dans l’appareil de l’Etat. Leur complaisance à l’égard des milieux féodaux qui pratiquent encore l’esclavage est inacceptable.

Il est malheureusement constaté que l’esclavage persiste dans la région du Guidimagha. Les pratiques esclavagistes sont courantes dans cette Wilaya. Les milieux féodaux continuent d’entretenir cette pratique dans cette Wilaya. Les citoyens mauritaniens du Guidimagha que les milieux féodaux jugent de la caste esclave ne bénéficient pas de tous les droits conférés par la constitution du pays à leurs citoyens. Ils n’ont pas droits de diriger des mosquées, des écoles ni accéder à des responsabilités électives garanties, pourtant par la constitution.

Pourtant le 06 mars est décrété par les autorités Mauritaniennes comme journée nationale contre l’esclavage et ses séquelles. Mieux encore, la loi signée par Mohamed Ould Abdel Aziz et son Premier Ministre nous dit :

Article 6 : La qualité de fonctionnaire ou officier public, de dépositaire ou agent de l’autorité ou de la force publique de l’auteur d’infractions prévues par la présente loi constitue une circonstance aggravante.

Article 18 : Tout Waly, Hakem, Chef d’arrondissement, officier ou agent de police judiciaire qui ne donne pas suite aux dénonciations de pratiques esclavagistes qui sont portées à sa connaissance est puni d’un emprisonnement de deux à cinq ans et d’une amende de 500.000 à 1 Million d’ouguiyas.

Notre organisation portera plainte auprès de la justice contre toute personne compromise dans les pratiques de l’esclavage, dans toutes les régions du pays.

Mohamed Ould Mbreck

Président ONG, contre les Discours Extrémistes, contre le terrorisme, et contre l’esclavage

Email : ongiode@gmail.com

Tel : 46 90 77 09



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : ONG IODE
Commentaires : 6
Lus : 1803

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • NDIEWO (H) 08/03/2018 11:11 X

    Désolé monsieur, vous avez perdu les pédales, mais j’hallucine; où est ce que vous avez vu des esclaves au Guidimakha ? dans vos rêves peut-être, c’est malsain. Nous savons que vous êtes en contact avec Dicko Hanoune, mais si vous continuez à avoir des relations avec ce lâche, vous allez perdre tous vos sympathisants. Arrêtez vite ces calomnies.

  • nemahaidara (H) 08/03/2018 10:46 X

    Pourquoi une autre ONG alors que ...? SI VOUS RESPECTEZ VOTRE PROGRAMME ,VOUS ALLER FERMER BOUTIQUE BIENTOT OU ETRE UNE ONG-ALIBI COMME NOUS REDOUTONS. L'esclavage, et toutes les formes d'oppression en Mauritanie sont des problèmes politiques. Les solutions sont donc politiques , si elles sont sincères .C'est parce que l'état ou ce qui le représente n'a pas pris les bonnes mesures, il fait semblant . Le citoyen lamda , le haut cadre , le notable ou tout autre du Guidimakha confronté à l'esclavage , sait aujourd'hui que si l'état décide de bannir ce fléau avec SA JUSTICE,SES GENDARMES,SES MAGISTRATS ,SES PRISONS,SES ...ON N'aurait oublié depuis. En attendant vivez de l'entretien du système jusqu'au jour où le soleil se lèvera pour la majorité

  • nemahaidara (H) 08/03/2018 10:35 X

    Monsieur , vous avez droit d'ouvrir votre boutique-ONG. De grâce cessez de distraire les combattants pour une Mauritanie juste . Ceux que vous citez comme d'autres citoyens ont certes des responsabilités mais c'est au pouvoir qu'incombe tout . Exemple , il suffisait que le régime actuel (comme les précédents d'ailleurs) dise à ces hauts fonctionnaires "votre mission est là , allez dans tous vos villages sensibilisez vos parents directement , voilà les moyens sont là...Celui de vous qui est opposé , nous le démettons de suite." Et chaque fois qu'un problème d'esclavage est posé si l'état faisait justice... Cela aurait eu plus d'impact que les discours et propos politico-mercantiles des uns et des autres en tous cas au Guidimakha.

  • ministre (H) 08/03/2018 09:24 X

    Nous notons de plus en plus un enagegment de votre coté à découdre selon les dispositions constitutionnelles aux pratiques esclavagistes. C'est une évolution notoire appréciée à sa juste valeur qui va dans l'intéret supérieur de la nation. Les pratiques esclavagistes que vous avez reconnues aujourd'hui et niées hier dans l'histoire de combat restent répandues dans les autres communautés que tu as le devoir de dénoncer pour etre équidistant. Bonne continuation

  • KANTAKI (H) 08/03/2018 09:10 X

    Mais SVP ne faites pas porter à l'état mauritanien le poids économique et social de cette lutte qui dépasse les seules frontières du pays et que la Mauritanie ne peut résoudre à la place des voisins et même des pays lointains puisque la communauté Soninké est la plus forte en France et en Italie !

  • boubou_kibili (H) 08/03/2018 08:56 X

    Decidement on verra tout et entendrons tout. Cet article est illisible et n'est pas convaincant. Mr de cet ONG soyez plus clair et précis. Les discours vaseux ne nous font pas avancer. Interpeller Mr le Ministre Camara et Le Conseiller montre que vous n'avez rien compris à ce qui se passe dans ton pays et sur cette thématique !!!!