08-03-2018 22:15 - Mauritanie : le gouvernement prône une meilleure répartition des fruits de la croissance

Mauritanie : le gouvernement prône une meilleure répartition des fruits de la croissance

Les Mauritanies - Le ministère de l’économie et des Finances, en collaboration avec la Banque Mondiale veut faire une redistribution beaucoup plus équitable des revenus, en incluant davantage les couches sociales les plus démunies.

Lors du premier jour de l’atelier, ouvert mardi 06 mars à Nouakchott, consacré à la revue à mi-parcours du projet d’appui aux réseaux de sécurité sociale, les acteurs ont échangé sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour une meilleure répartition des revenus.

A cette occasion, le ministre de l’économie et des Finances, Mokhtar Ould Diaye a indiqué que « le gouvernement a mis en place une stratégie nationale de protection sociale, qui est destinée à limiter la vulnérabilité des groupes défavorisés et à aider les habitants à faire face aux aléas ».

Le ministre a également souligné que le projet d’appui aux réseaux de sécurité sociale comprend trois composantes :

Le registre social, chargé d’enregistrer et d’analyser les données relatives à 150 mille familles pauvres

Le programme de prise en charge qui bénéficie à 16 513 familles vulnérables au niveau de 4 Moughataas du pays, à savoir M’Bout, Kankossa, Selibaby et Ghabou

Le programme de transfert de fonds, qui englobe cette année de nouvelles moughataas telles Barkéol, Ould Yenjé, Tintane, Kobeni, R’Kiz et Aleg

« 194.662.000 ouguiyas seront distribuées au profit de 1750 familles, dont 15.750.000 au titre du volet relatif aux mesures de productivité », a-t-il ajouté ».

En outre , l’argentier de l’Etat a expliqué que la phase pilote de ce projet a été une réussite totale puis qu’elle permis de venir en aide à 1014 familles, tirées du registre social au niveau du Gorgol, (Tarket Ehl Moulaye Ely, de Ndjajibi et Edebaye Ehl Guelaye).

A noter que la Mauritanie est classée dans les catégories des pays pauvres et très endettés. Plus de la moitié de la population (50,5 %) ont des revenus au dessous du seuil de pauvreté, chiffré à 53881 UM/an.

Ibrahima Junior Dia




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1369

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • doudou19 (H) 09/03/2018 10:18 X

    le gouvernement prône une meilleure répartition des fruits de la croissance. Quelle croissance? S'il y en avait elle doit se matérialiser en premier lieu par une baisse des prix des denrées de première nécessité et d'une imposition allégée. Donc, tout est bluff et mensonge pour tromper les bailleurs de fonds et les investisseurs dont la majorité a désisté d'investir en Mauritanie à cause des impôts.