14-03-2018 00:30 - 8 mars: l’AMAAPF organise des visites médicales et des dons à la prison des femmes

8 mars: l’AMAAPF organise des visites médicales et des dons à la prison des femmes

Le Reflet - La Mauritanie à l’instar d’autres pays du monde, a célébré la journée internationale des droits de la femme. Autorités, chancelleries étrangères et organisations non gouvernementales ont chacun, marqué la journée à leur façon.

C’est le cas de l’Association Mauritanienne d’Aide et d’Assistance aux Prisonniers et leurs familles (AMAAPF), qui a visité la prison des femmes, offert des consultations médicales gratuites et des dons.

« La femme est la moitié de la société »,

C’est sous ce slogan que l’AMAAPF et ses partenaires ont tenu leur activité pour l’édition 2018 de la journée des droits des femmes. Elle s’est déroulée sur deux jours à la prison des femmes, à Arafat.

C’est ainsi que l’administration pénitentiaire a ouvert les portes de ce lieu de détention, le vendredi 09 et samedi 10 mars 2018 à l’AMAAPF et partenaires. Comme à l’accoutumée, une bonne dizaine de minutes a été consacrée aux allocutions avant le démarrage effectif de l’activité.

L’AMAAPF déterminée


banderole de l’activité

Prenant la parole le premier, le régisseur de la prison a souhaité la bienvenue aux visiteurs et affirmé que son institution est disposée à collaborer avec les associations, pour le bien-être des détenues.

Ensuite ce fut autour du Dr Abdallahi Ould Jiddou Ould Chein, Président de l’AMAAPF de s’exprimer. Il a réitéré le soutien indéfectible de son association, pour la cause des femmes, notamment celles dans les lieux de détention.

Il soulignera que cette activité n’est qu’une étape, parmi d’autres initiatives à venir, pour l’épanouissement de la femme dans le milieu carcéral et le soutien à leurs familles.

Autonomisation des femmes

Egalement présente sur les lieux, Mme Irina Nikonenko dite Salma, Présidente du Conseil d’Administration de la Mutuelle Féminine de Solidarité d’Entraide, d’Epargne et de Crédit a témoigné son soutien aux détenues. Pour elle, ces femmes ont besoin de formation et d’insertion dans une activité génératrice de revenus.

Ce, afin qu’elles reprennent leurs places dans la société. Sa mutuelle a dors et déjà commencé à recenser les besoins des femmes en formation, pour celles dont les peines ne sont pas arrivées à terme et ceux de celles qui sortent cette année. Pour ces dernières, il est prévu la formation en gestion d’Activités Génératrices de Revenus (AGR) et appui à la création d’une activité à leur sortie, entre autres.

Lions Club Nouakchott Caravane

S’exprimant à son tour, Lion Bocar Mbodj Vice Président du Lions Club Nouakchott Caravane dira que son organisation intervient dans plusieurs domaines et effectue des actions ponctuelles au profit des populations nécessiteuses. Toujours durant son intervention, Lion Mbodj rappellera que « la Fondation du Lions Club International est prête à financer tout projet pouvant bénéficier aux nécessiteux. Il suffit tout simplement de contacter un lions club et élaborer un projet bien ficelé ». Le message est passé, l’AMPAAF a entendu cet appel.


Kits offerts aux femmes détenues - 8 mars 2018

Une fois les « salamalek » finis, le coup d’envoi de l’activité a été donné. Pour cette première journée, l’accent a été mis sur les dons et entretiens avec les détenus et personnel de la prison des femmes.

Au total, ce sont 60 kits contenant des couvertures, des habits, des kits hygiéniques et un lot de soupes légumineuses ont été offerts. Les enfants vivants avec leurs mères dans la prison, n’ont pas été en reste. En effet, les six bambins ont eu droit à un kit chacun, de quoi redonner le sourire, durant ce laps de temps au moins.

Ensuite se fut autour des détenues de se livrer, à huit clos.

Le second volet de cette journée était consacré aux entretiens. D’abord avec le régisseur, les gardes et le personnel médical pour les sensibiliser sur les conditions de traitements des détenues. Les associations ont fait un plaidoyer pour que ces femmes que le sort a conduites dans ce lieu de détention, soient traitées avec dignité.

Ensuite ce fut autour des détenues de se livrer. A huit clos, elles se sont confiées sur leurs conditions de vie et aspirations. Un moment d’émotion qui conforte l’AMPAAF et l’incite à redoubler d’efforts, malgré ses maigres moyens. Cette journée a été clôturée avec un copieux repas.

L’instant santé


Médecins de l’AMAAPF à la prison des femmes – 8 mars

En outre, les détenues ont pu bénéficier des consultations médicales gratuites. Elles ont également eu droit à une série de dépistages, dont le VIH, diabète, hépatite ou encore des tests de grossesse. On notera que 30 kits de 4 types de dépistage étaient disponibles et qu’un lot de médicaments a été offert.

Si cette activité a pu se faire, c’est d’abord grâce à l’engagement de l’AMPAAF et à la confiance des partenaires qui l’ont accompagné. Il s’agit de Fédération Luthérienne Mondiale dont le coordinateur des programmes Monsieur Moussa Samba Gandega était sur place, l’Ambassade d’Allemagne, MFSEEC et le Lions Club Nouakchott Caravane. Si le montant exact des coûts de cette journée n’est pas encore connu, les organisateurs avancent qu’il dépasse les 200 000 ouguiyas de notre nouvelle monnaie.


Médecins de l’AMAAPF à la prison des femmes – 8 mars

En Mauritanie comme ailleurs, la situation de la femme est précaire. Même s’il est vrai que des lois sont votées et des politiques de « discriminations positives » appliquées, il n’en demeure pas moins que le chemin est encore long pour l’autonomisation de la femme et sa protection contre les abus.

L’autonomisation des femmes est d’ailleurs au cœur du programme de développement durable à l’horizon 2030. En attendant, le « combat continue » comme disent les organisations qui luttent pour les droits de la femme.

Par AMADOU SY





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 981

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)