14-03-2018 21:45 - La crise du gaz perdure

La crise du gaz perdure

Le Calame - Nouakchott vit depuis quelques jours une crise aigue de gaz notamment à Nouakchott et Nouadhibou entrainant ainsi une montée en flèche les prix des différents produits. La bonbonne B12, vendue en temps normal auprès des détaillants distributeurs à 300 MRU a doublé pour atteindre 600 MRU. A Nouadhibou, elle a franchi le seuil de 1000 MRU.

A l’origine de cette pénurie, le retard du bateau transportant le gaz importé en raison de l’agitation et l’élévation du niveau de la mer ces jours-ci. Ce qui entraina une rupture d’approvisionnement en raison d’une forte demande du gaz domestique et de la lenteur de la chaîne de distribution.

Cette pénurie a été tournée en dérision sur les réseaux sociaux. « Une crise de gaz sauf gaz lacrymogène de la police lors de la répression des sit-in », en allusion aux différentes répressions à coup de bombes assourdissantes des manifestations pacifiques des étudiants et des différentes protestataires.

Après s’être muré dans un silence de mort, la SOMAGAZ tente de dissiper maladroitement cette pénurie qui affecte de nombreux ménages. En dépit de son démenti quant à l’existence d’une pénurie de gaz dans le pays et des assurances fermes, le calvaire des populations est loin d’être terminé.

Selon plusieurs sources, la pénurie du gaz butane pourrait se prolonger encore. La SOMAGAZ estime qu’elle dispose d’un stock de sécurité à même d’assurer l’approvisionnement du marché mauritanien.

Dans un entretien avec la télévision nationale, le directeur commercial de la société, Abderrahmane Ould Hamada a affirmé « qu’il n’ya pas lieu de s’inquiéter car il n’ya pas de pénurie.»
Il a indiqué que ce sont des conditions indépendantes de la volonté de la société qui sont à l’origine de la diminution de ce produit, en l’occurrence la très forte houle qui a empêché les caboteurs d’accoster au port de Nouakchott. « Le stock de réserve, selon le directeur de la société, existe toujours ».

Il a par ailleurs annoncé la mise en place d’un comité de crise et l’arrivée des camions citernes du Sénégal. Le stock de réserve, a encore affirmé Ould Hamada sera vendu directement aux consommateurs sans passer par les distributeurs. « Ce mardi le caboteur transportant le gaz pour la Mauritanie, a poursuivi sa route vers la Gambie, empêché par la forte houle d’accoster à Nouakchott.

Il devra livrer, informe-t-on, à la Gambie la quantité qui lui est réservée avant de revenir à Nouakchott dans trois jours, si d’ici là les conditions de la mer le permettront ».
Les vagues ayant dépassé par moment la barre des 7 mètres, ces derniers jours.

Les autorités mauritaniennes avaient tenu lundi une réunion avec les distributeurs et les commerçants afin de mettre en place un plan provisoire pour faire face à la pénurie.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1641

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Y en a Pire (H) 14/03/2018 22:24 X

    Il faut que la SOMAGAZ nous dise la vérité et qu’ils ne nous prennent pas, pour des débiles et des demeurés sans domicile fixe, on ne peut pas comprendre que les réserves de gaz d’un pays comme la Mauritanie finissent en moins de 1 mois, il y’a de quoi s’inquiéter dans cette situation, les populations commences à sentir le poids de la nouvelle monnaie. D’autre part, les réserves de gaz n’existe plus depuis bientôt 6 mois sans que les autorités se rendent compte de la situation, il y’a des détournements dans la société, il faut savoir que le bateau n’a jamais eu des problèmes d’accostages, mais plutôt de paiement du produit devant être livrer. La Soma-gaz est en crise financière depuis bientôt 6 mois et que les fournisseurs ne sont pas payer, l’argent était détourné à d’autre fin.

  • doudou19 (H) 14/03/2018 22:17 X

    Monsieur cessez de nous raconter des balivernes à l'image des mensonges auxquels vous nous avez habitué. Vous dites en substance: « Le stock de réserve existe toujours » et vous ajoutez : « qu’il n’ya pas lieu de s’inquiéter car il n’ya pas de pénurie.» Toujours la même chanson. Pourquoi vous n'avez pris le devant avant qu'il y ait cette forte spéculation de la part de vos revendeurs au niveau des différentes localités de notre pays. Cela vous contredit largement. Pourquoi ne pas sanctionner vos revendeurs qui vendent à leurs prix au détriment du pauvre citoyen qu'on ne cesse de zester comme on veut et comme on le veut. Saurait été moi Aziz je vous aurai foutu à la porte tout simplement. J'en ferai de même pour votre DG. Comment se fait-il que vous n'avez pas un stock de sécurité répondant aux exigences du marché.