19-03-2018 16:33 - Kiffa : La pénurie d'eau, un calvaire sans fin

Kiffa : La pénurie d'eau, un calvaire sans fin

Tawary - Le calvaire enduré par les habitants en matière d'approvisionnement en eau, à longueur d'année, a été évoqué par plusieurs dizaines de manifestants qui ont tenu à exprimer leur ras-le-bol lors d’une manifestation qui vient de se tenir, ce vendredi à Kiffa, la capitale de l’Assaba, à l’Est du pays.

Marième n'a pas mâché ses mots préférant aller droit au but pour mettre la main sur cette plaie gouvernementale de ceux qui semblent nager sur un nuage n'éprouvant aucun besoin ou volonté pour régler ou atténuer un tant soit peu les affres d'un quotidien pesant auquel sont confrontés les habitants de nombreuses villes et villages de cette région comme l'eau par exemple.

En ce sens, dira-t-elle, «il appartient aux autorités et les maires d'assumer leurs responsabilités, d'être perspicaces et efficaces dans la gestion des préoccupations de leurs concitoyens tout en demeurant à leur écoute ».

Il appartient au président et à son gouvernement de trouver une solution urgente et continue à cette pénurie d’eau, a-t-elle dit. Pour l'eau, comme à maintes reprises réitéré, un notable a fait savoir que le Ramadan approche, après c'est l'été et que d'ici là tout doit être réglé. Il a rappelé que Kiffa, une ville de forte concentration humaine et elle a besoin d’eau courante de façon permanente.

Les femmes protestataires ont scandé des slogans qui expriment la pénurie d’eau et leur souffrance. Elles ont d’ailleurs exposé des bidons et des seaux vides signent de soif en cette période de forte chaleur surtout dans les villes de l’Est.

Et enfin, Aicha, la soixantaine révolue, d’affirmer que « la pénurie d’eau à Kiffa, un calvaire sans fin » !

Par A.Sidi



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1180

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Citoyennes et Citoyens (H) 20/03/2018 11:24 X

    Reportage réalisé par les jeunes journaliste citoyens de Kiffa sur l’accès l'eau potable. https://www.youtube.com/watch?v=eSXXu2gdXo0

  • Mawdo1960 (F) 19/03/2018 21:58 X

    alors que le fleuve Senegal regorge de l'eau douce. la partie vivable de la mauritanie se retrecit a cause de la secheresse et le boom demographique. Sous peu toute la Mauritanie va se regrouper dans le sud, la seule place ou il fera bon de vivre d ou la politique nationale avec ses consequences pour les habitants du sud.