24-03-2018 07:00 - 25 mars, journée de réconciliation nationale: «Cette journée est pour nous, une occasion de faire un bilan d’étape mais aussi d’envisager la suite du processus», déclare le SG de COVIRE, Sidibé Abou

25 mars, journée de réconciliation nationale: «Cette journée est pour nous, une occasion de faire un bilan d’étape mais aussi d’envisager la suite du processus», déclare le SG de COVIRE, Sidibé Abou

Le Calame - Le collectif des rescapés et victimes de la répression des années 89/91 (COVIRE) va célébrer, le dimanche 25 mars, le 9e anniversaire de la journée dite de «réconciliation nationale ».

Une occasion pour faire le point sur les acquis de la lutte des rescapés, des veuves, des orphelins et des rapatriés volontaires (Mooyto koota), en somme, un bilan d’étape, mais également d’envisager la suite du processus, explique le secrétaire général du collectif, l’ex lieutenant de la gendarmerie, Abou Sidibé.

Pour lui, la célébration de cette année est placée sous un signe particulier puisque les militants et sympathisants vont passer en revue l’ensemble des acquis, depuis la reconnaissance à Kaédi, le 25 mars 2009 par le président Mohamed Ould Abdel Aziz, de la responsabilité de l’état dans les actes graves commis, aussi bien dans les villages, villes, hameaux, mais également dans les casernes militaires et sa volonté de solder le « passif humanitaire ».

Et Sidibé Abou d’ajouter : « nous profiterons de cette journée pour réaffirmer notre position sur le processus et sur ce qui en reste, mais également notre soutien au président de la République pour avoir décidé de prendre cette question en charge. »

A l’occasion de cette journée, les rescapés, les veuves, les orphelins et autres sympathisants se retrouveront, toute la journée, au siège du collectif pour se recueillir et pour débattre des voies et moyens de faire évoluer les autres dossiers en rade.

Pour rappel, à la veille de la prière des morts célébrée, le 25 mars, à Kaédi, un accord cadre avait été signé au Palais de la République entre les responsables du collectif et la présidence de la République. Un accord censé régler ce douloureux dossier, mais qui hélas a conduit à scission de COVIRE.

La pomme de discorde reste la gestion du dossier. Certains de ses membres estiment que seul le « devoir de réparation » a été pris en compte, alors qu’eux réclamaient le « devoir de vérité», « devoir de justice », « devoir de mémoire » et «devoir de réparation ».

Il s’agit en réalité de recourir à la justice transitionnelle pour solder le « passif humanitaire ». Seul en tout cas, un volet aura connu un début de solution. Un voile continue à entourer ce qui s’est réellement passé dans les casernes militaires (devoir de vérité et de justice).

Après la prière de Kaédi, la présidence de la République a procédé, par le billet de son « monsieur passif humanitaire », à l’époque le général Dia Adama au payement des « réparations ». Un geste personnel du président Aziz, entendait-on dire à l’époque et dont la modestie et la gestion ont accentué le malaise qui couvait depuis la signature, dans la nuit de l’accord cadre COVIRE, Présidence de la République.

On connaît la suite. Peu après, le gouvernement décide de clore unilatéralement le dossier au grand dam des intéressés qui continuent à réclamer que la lumière soit faite sur cette période douloureuse de la Mauritanie.

La question que les observateurs se posent est de savoir à quoi sert la célébration de cette journée qui n’a presque rien de « nationale ». Seuls les rescapés, les veuves, les orphelins et les ayants droit des victimes célèbrent cette journée, dans la division et en présence d’une délégation du commissariat aux droits de l’homme. Et pour organiser les festivités, les intéressés doivent courir pour décrocher de maigres moyens auprès du gouvernement.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1213

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • samba el bakar (H) 24/03/2018 09:29 X

    Ce qui complique ce dossier douloureux c'est l'absence de remords chez les bourreaux et les commanditaires qui brandissent un négationniste insolent d'une part et la continuation explicite de l'oeuvre de nettoyage ethnique sous tous les plans par l'observatoire des chauvins suprêmatistes beydanes d'autre part.Nous disons,oui au pardon pour les repentis mais jamais à l'oubli devant l'HISTOIRE pour éviter un autre génocide dans tous les sens

  • medabdul (H) 24/03/2018 09:08 X

    QUELLE réconciliation nationale? une journée du n'importe quoi;l'esprit et la lettre de AZIZ a été dénaturée;volée par des loubards diriges par un général farfelu et ses acolytes non moins délinquants que lui; les orphelins et les veuves pleurent toujours;ils vont se rencontrer avec leurs serouals douteux et leurs suffisances de complexes de petits parvenus.