26-03-2018 14:30 - Journée de réconciliation nationale du 25 mars: Les veuves, rescapés et orphelins exigent la justice avant le pardon pour les tortionnaires

Journée de réconciliation nationale du 25 mars: Les veuves, rescapés et orphelins exigent la justice avant le pardon pour les tortionnaires

Le Calame - Un groupe de veuves, orphelins et rescapés des évènements de 89/91, membres du collectif COVIRE ont célébré, ce dimanche 25 mars, le 9e anniversaire de la journée de réconciliation nationale, sous le signe « pas de pardon sans justice ».

A cette occasion, ils ont tenu un sit-in devant les grilles de la présidence de la République, brandissant des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire « pas de pardon sans justice » pour les tortionnaires. Ils entendaient ainsi clamer leur opposition à la politique du gouvernement visant à clore unilatéralement le dossier, sans le « devoir de vérité et de justice », dénoncer l’« opacité » de la gestion du processus de règlement de ce dossier.

Dans un communiqué distribué à cette occasion, les intéressés ont rappelé le processus « opaque» de règlement du passif humanitaire qui a visé à « tromper » victimes, veuves et ayants droit».

Pour eux, le devoir de mémoire et de réparation ne suffisent pas à effacer les larmes, nous n’entendons pas baisser les bras, pour réclamer justice, c’est seulement après cela qu’il faudra envisager le pardon, sinon, personne ne peut pardonner, à notre place, a martelé Aissata Diary Sall, secrétaire générale adjointe du collectif des veuves.

Pour rappel, après la prière de Kaédi, le président Aziz avait octroyé des aides aux rescapés via le COVIRE.

La journée 25 mars a été déclarée journée de réconciliation nationale, suite à la prière aux morts, organisée à Kaédi, sous l’égide du président Mohamed Ould Abdel Aziz, à l’époque, président du Haut Conseil D’Etat.

A cette occasion, il avait reconnu le « tort » fait à la communauté négro-africaine, pendant les années dites de « braises », 89 -91 et a demandé pardon. Une période qui a vu des milliers de mauritaniens déportés au Sénégal et au Mali et selon divers chiffres, et des centaines de soldats issus de cette communauté torturés, exécutés ou révoqués des corps habillés.

Une loi d’amnistie votée en 1993, sous le régime d’Ould Taya, viendra empêcher toute poursuite judiciaire contre les présumés tortionnaires.

Le président a également octroyé des pécules et terrains aux victimes, ayants droit et des rescapés. Des gestes que les veuves et leurs orphelins jugent très en de ça de leurs attentes et qui ne peuvent en aucun cas les empêcher d’exiger le devoir de vérité et de justice pour une Mauritanie réconciliée.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1299

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • hamadel (H) 26/03/2018 14:48 X

    LE Génocide de negro mauritaniens est tjrs là pendant, cependant un autre genocide celui-ci biometrique est mis en route depuis 2012 ET EST ENTRAIN DE FAIRE DES RAVAGE au sein de la communauté noire de Mauritanie vivement 2019