14-04-2018 15:00 - Faits divers… Faits divers… Faits divers…

Faits divers… Faits divers… Faits divers…

Le Calame - Les présumés tueurs de Sebkha écroués

Comme annoncé dans notre précédente édition, le cadavre découvert, la semaine passée, au garage malien de Sebkha, a été identifié comme celui d’un ressortissant malien, poignardé à plusieurs reprises.

L’enquête, aussitôt ouverte par commissariat de police de Sebkha 2, a permis d’appréhender, deux jours plus tard, un suspect dont l’audition a débouché sur l’arrestation de ses deux complices. Tous trois repris de justice récemment sortis de prison.

Ils ont reconnu avoir traqué et tué le pauvre étranger, pour s’emparer d’une somme d’argent qu’il avait en sa possession. « On l’en aurait tout simplement délesté mais il a résisté... ». Bref, l’homme a, chèrement mais en vain, défendu son bien. Les trois suspects ont passé quelques jours en garde à vue au commissariat, avant d’être déférés au parquet de la Wilaya-Ouest, et écroués, dans la foulée, à la prison civile de Dar Naïm.

Le viol de Dar El Beidha était imaginaire Au cours des jours passés, quelques sites électroniques d’information de Nouakchott ont publié une dépêche aussitôt relayée : la femme et la fille d’un gardien de chantier à Dar El Beïdha ont été kidnappées et violées, par une bande de malfaiteurs qui les a ensuite abandonnées dans un lieu désert…

La nouvelle a beaucoup intéressé l’opinion publique en carence d’actualité, suscitant beaucoup de commentaires. Des personnes de bonne volonté se sont même portées volontaires pour mener, sur les réseaux sociaux, une campagne de solidarité avec les victimes.

Impatients de connaître les résultats de l’éventuelle enquête, beaucoup de gens croient, dur comme fer, que ledit délit a bien eu lieu au Sud de la ville. Or ce drame qui a choqué l’opinion serait dénué de tout fondement, selon les habitants de Dar El Beïdha.

Une affirmation corroborée par une source policière digne de foi, selon laquelle le commissariat de police El Mina 3 qui couvre la zone n’a reçu aucune plainte ni déclaration de viol, la semaine passée. Malheureusement, certains organes de presse publient, de temps à autre, une fausse information, sans se soucier de déontologie. La presse indépendante en pâtit, parfois, et cela porte préjudice à sa crédibilité.

Si nous pouvons être abusés, un temps, Le Calame s’efforce toujours de vérifier ses sources et dément, toujours, toute information erronée, sitôt qu’il a vent du moindre soupçon de fake.

Mieux vaut tard que jamais Tout le monde sait que notre pays est au premier rang des pays où la contrefaçon a pignon sur rue. Nos commerçants font le tour du monde, pour importer toute quantité de marchandises contrefaites, afin de les écouler à bon prix, sans se soucier de l’intérêt des consommateurs.

L’important, pour nos valeureux importateurs, grossistes et détaillants, c’est le bénéfice, rien que le bénéfice. Un commerce juteux, sans que jamais les autorités ne lèvent le pouce. Les aliments contrefaits et antidatés remplissent nos marchés.

Mais le plus grave danger reste celui des faux ou périmés médicaments. Les colporteurs et les commerçants d’étalage les écoulent, au vu et su de tous, sous le soleil ardent et la poussière. Il existe même des réseaux de contrefaçon de médicaments organisés par de grands commerçants.

Ils importent ceux-ci du Sénégal, les mettent en des emballages de vrais médicaments en provenance de France et d’autres pays. La découverte récente, à l’aéroport de Nouakchott, d’un tel trafic en est la preuve. Des sacs contenant des centaines d’emballages ont été saisis des mains d’un passager venant de Tunisie.

La fondation de la CAMEC et du Laboratoire national de médicaments n’a pas pu stopper ce dangereux et crapuleux phénomène qui fait des centaines, voire des milliers, de victimes.

L’arrestation de quelques propriétaires de pharmacie et d’importateurs, le samedi 7 Avril, est-elle le début d’un réel assainissement du secteur ? L’opinion publique l’a, en tout cas, accueillie avec beaucoup de soulagement.

Il reste cependant à transformer l’essai, en saisissant les grandes quantités de médicaments contrefaits qui circulent dans le pays et en mettant fin au travail de ces réseaux criminels.

Mosy



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2266

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)