24-04-2018 09:54 - En Mauritanie, un an de prison pour avoir « traité autrui d’esclave »

En Mauritanie, un an de prison pour avoir « traité autrui d’esclave »

Le Monde - Pour la première fois, trois prévenus ont été condamnés pour le « préjudice moral » subi par les personnes qu’ils ont insultées dénigrées.

Trois Mauritaniens ont été condamnés, lundi 23 avril, à des peines d’un an de prison ferme pour avoir « traité autrui d’esclave », une première pour ce type de délit dans un pays où la persistance de pratiques esclavagistes est régulièrement dénoncée par des ONG. Le tribunal spécial de répression des crimes d’esclavage a prononcé la peine maximale prévue pour ce type d’insulte dans trois affaires distinctes, a-t-on appris de sources judiciaires.

Les trois prévenus, qui devront également s’acquitter d’une amende équivalente à 600 euros, ont été condamnés pour le « préjudice moral » subi par les personnes insultées en vertu d’une loi récente qui considère comme un délit « tout comportement consistant à dénigrer ou à traiter » quelqu’un d’esclave.

Par ailleurs, le tribunal a renvoyé à sa prochaine session un autre dossier portant sur un crime présumé d’esclavagisme proprement dit, les avocats de l’accusé ayant introduit un recours pour vice de forme devant la chambre des mises en accusation de la cour d’appel de Nouakchott.

Trois tribunaux spécialisés

En mars, trois personnes avaient été condamnées en Mauritanie à des peines de dix et vingt ans de prison ferme pour pratiques esclavagistes. Les ONG de défense des droits humains accusent la Mauritanie de « déni » et de « censure » face à la persistance de cette pratique, officiellement abolie en 1981. Les autorités affirment pour leur part vouloir combattre les « séquelles matérielles et morales » de l’esclavagisme.

La Mauritanie s’est cependant dotée en décembre 2015 de trois tribunaux spécialisés dans les affaires d’esclavage, à Nouakchott, à Nouadhibou (nord-ouest) et à Néma (sud-est). Ce dernier avait prononcé deux premières condamnations à cinq ans de prison ferme en mai 2016.

Jusqu’à 43 000 personnes en Mauritanie étaient encore réduites en esclavage en 2016, soit environ 1 % de la population totale, selon un rapport d’Amnesty International, publié le 22 mars, citant des estimations d’organisations spécialisées.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 4297

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Belphegor (H) 28/04/2018 11:16 X

    @doudou19 Le seul credo qui motive les commentaires des intervenants comme foutatoro c'est la haine aveugle du maure et même si il se défendra toujours de l'être il se contredit par ses écrits, il aime critiquer pour critiquer parce que tout simplement parce que tout maure au pouvoir ne pourra jamais prendre de décisions ou mesures qu'il jugera positives ou salutaires sans oublier qu'il se prend pour le détenteur de la science infuse au point de toujours prétendre connaître ce que tel opposant ou tel membre du gouvernement devrait dire ou faire, c'est à se demander pourquoi il n'a jamais occupé un poste de haut rang dans ce pays sous l'actuel régime ou les anciens vu qu'il croit être celui qui a même inventé le fil à couper le beurre

  • doudou19 (H) 26/04/2018 16:52 X

    bibigalle (H) ne t’intéresses pas aux gens qui en font de ce faux problème un gagne pain. Quoique tu fasses ils continueront à se plaindre. L'esclavage, il n'est pas seulement au niveau de la communauté maure qu'on taxe des toutes les tares. Pourquoi on en parle pas au niveau des autres ethnies mauritaniennes où il est ancré jusqu'à la moelle?

  • bibigalle (H) 26/04/2018 11:33 X

    @foutatoro, je vois que tu es vraiment de mauvaise foi!!! Comment pourrais-tu affirmer ce que tu dis. Si on ne juge pas les esclavagistes c'est Haro, si on juge c'est Haro, en fait c'est haro quoiqu'il arrive. On râle pour râler c'est tout. Des gens comme toi continueront à râler dans tous les cas, donc pas vraiment représentatifs. Tes critiques sont simplement pour critiquer, mais aucune objectivité.

  • mystere1 (F) 24/04/2018 16:42 X

    Absoluement d'accord avec toi @foutatoro, ce n'est que de la comédie, pour leurrer l'international, le plus bizarre c'est qu'on a pas mis les prénoms des coupables injurieux, si c'étaient des nègres, vite leur noms, seraient dévoilés sans pitié et discrètion.

  • foutatoro (H) 24/04/2018 11:11 X

    Des condamnations fantaisistes pour crimes d’esclavage ou l’art de donner des gages à la communauté internationale, au moment où le Forum des Instances Africaines de Droits de l’Homme tient ses assises à Nouakchott. Ceux qui sont « envoyés » en prison vont sortir par des portes dérobées, puis envoyés à la Badiya boire du lait de chamelle et manger du bon méchoui…le temps que la tempête de ce forum et les prochains débats onusiens des mois de juin/juillet sur le fameux rapport Alstom passent. Une fois ce tsunami passé, le système retombe droit sur ses bottes et tout continue dans le meilleur des mondes. Mes amis, moi, je suis fasciné par l'intelligence INOUÏ du SYSTÈME. Imparable !!!