28-04-2018 08:29 - En Mauritanie, une certaine forme d'«esclavage moderne» perdure

En Mauritanie, une certaine forme d'«esclavage moderne» perdure

RFI - C’est le 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises. En Mauritanie, plusieurs lois condamnent et criminalisent ces pratiques depuis plusieurs années, mais les condamnations restent exceptionnelles.

Des lois condamnent l'esclavage depuis plusieurs années, en Mauritanie. Mais dans les faits, les condamnations pour esclavage restent encore exceptionnelles et la pratique perdure, sans parler de la marginalisation dont souffrent encore les anciens esclaves ou descendants d'esclaves. Aujourd'hui l'esclavage est essentiellement pratiqué dans les campagnes.

« Cet esclavage persiste sous forme de pratiques, c’est-à-dire des gens qui sont au service d’autres et qui sont obligés, depuis leur naissance, ils sont esclaves par ascendance, de travailler pour leur maître. Ce sont les maîtres qui disposent d’eux comme ils veulent.

Toutes les tâches domestiques sont confiées à ces esclaves. Ils font la cuisine, ils font le ravitaillement en eau si l’eau est très loin, ils font la collecte du bois de chauffe pour la maison, ils surveillent les troupeaux, ils traient les animaux qui doivent être traits la nuit.

Et c’est eux qui réveillent même parfois leur maître pour boire leur lait. Et en fin de compte, ce sont les derniers qui dorment et ce sont les premiers qui se réveillent.

En fin de compte, l’esclave c’est l’élément, l’instrument physique de son maître. Les esclaves sont totalement soumis à leur maître. C’est pour cela que pour pouvoir s’occuper de l’esclavage, il faut être très prudent parce que l’esclave n’est pas facilement convaincu qu’il doit quitter son maître.

Il est esclave parce que c’est son destin. Il ne va pas se rebeller contre son destin. Il croit que son paradis dépend de sa soumission. Et ça depuis des années, on l’ a matraqué avec ça, depuis des siècles »
, explique Boubacar Ould Messaoud, président de SOS-Esclaves.

L'ONG SOS-Esclaves se bat depuis des années contre ce phénomène et pour les changements de mentalités. Chaque année, elle aide plusieurs victimes à porter plainte ou à s'émanciper de leur maître.

A découvrir: la programmation de RFI sur le 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 0
Lus : 1295

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)