28-04-2018 23:40 - Révision d’une loi sur l’apostasie en Mauritanie

Révision d’une loi sur l’apostasie en Mauritanie

Apanews - L’Assemblée nationale mauritanienne a approuvé, vendredi soir, un projet de loi abrogeant et remplaçant certaines dispositions du code pénal relatives à l’apostasie.

Les nouvelles dispositions considèrent celui qui commet un outrage contre Allah, ses anges, ses Prophètes et ses livres comme un apostat puni de la peine de mort et, même s’il se repentit, il écopera d’une amende allant de 50.000 à 600.000 ouguiyas anciennes (de 140 à 1.673 dollars).

Quant au texte abrogé, il disait : « tout musulman coupable de crime d’apostasie, soit par parole soit par action de façon apparente ou évidente, sera invité à se repentir dans un délai de trois jours ».

« S’il ne se repent pas dans ce délai, il est condamné à mort en tant qu’apostat et ses biens seront confisqués au profit du trésor public. S’il se repent avant l’exécution de cette sentence, le Parquet saisira la Cour suprême, à l’effet de sa réhabilitation dans tous ses droits, sans préjudice d’une peine correctionnelle prévue au 1er paragraphe du présent article », soulignait le texte.

Introduisant la nouvelle législation devant les parlementaires, le ministre mauritanien de la Défense, Diallo Mamadou Bathia, ministre de la Justice par intérim, a expliqué que les anciennes dispositions se sont avérées en contradiction avec la doctrine malikite qui est celle de l’Etat mauritanien.

Il a rappelé que le préambule de la Constitution du pays souligne que la Chariaa islamique est la source unique de la loi et que l’Islam est la religion du peuple et de l’Etat.

Ces dispositions constitutionnelles, a ajouté M. Diallo, engagent l’Etat et impliquent l’obligation de respect de la Chariaa par tous les textes et leur adaptation avec celle-ci.

MOO/cat/APA



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Apanews
Commentaires : 1
Lus : 2630

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • synthetiseur (H) 29/04/2018 11:30 X

    Les nouvelles dispositions considèrent celui qui commet un outrage contre Allah, ses anges, ses Prophètes et ses livres comme un apostat puni de la peine de mort et, même s’il se repentit, il écopera d’une amende allant de 50.000 à 600.000 ouguiyas anciennes (de 140 à 1.673 dollars). Ce texte prete à confusion. S'il est puni de la peine de mort c'est déjà plus grave que de payer une amende. Comment va-t-il payer une amende alors qu'il est déjà sur l'échafaud? Et puis dans tout ça où est Ould Mkeitir? Il va etre soumis à la première loi, à la nouvelle? Nous sommes décidément dans le pays des décisions floues. Troisième mandat ou pas? Mkhetir à l'échafaud ou pas? L'ouguiya dévaluée ou pas?La CENI fonctionnelle ou pas? L'opposition radicale aux élections ou pas? l'implantaton de l'UPR homologuée ou pas? Ghazouani candidat ou pas? PM Yahya Ould Hademine démis ou pas? ......