30-04-2018 22:00 - La Mauritanie revoit les sanctions liées à l’apostasie

La Mauritanie revoit les sanctions liées à l’apostasie

Le Monde Arabe - Les blasphèmes envers l’Islam ne seront plus systématiquement sanctionnés par la peine de mort en Mauritanie.

Alors que Nouakchott avait supprimé en novembre dernier le droit de repentance lié au crime d’apostasie – entraînant de facto la peine de mort pour son auteur – l’Assemblée nationale a approuvé vendredi un projet de loi réinstaurant cette disposition, relaie la BBC.

Cet article du code pénal avait été initialement abrogé suite à l’affaire “Mohamed Ould Mkheitir“, un blogueur mauritanien reconnu coupable d’apostasie et condamné à la peine capitale en premier instance en décembre 2014.

Cependant, les juges d’appel décidèrent le 8 novembre 2017 de commuer sa condamnation en une peine de prison de deux ans. Et cela, suite à sa repentance. Cette décision était alors très mal passée au sommet de l’Etat qui s’était immédiatement pourvu en cassation pour obtenir la peine capitale.

Nouakchott sous le feu des critiques internationales

Pour autant, la Mauritanie – déjà sous le feu des projecteurs pour sa gestion calamiteuse du dossier de l’esclavagisme – ne pouvait se permettre d’aller trop loin sur une autre problématique liée aux Droits de l’homme.

Le gouvernement de Mohamed Ould Abdel Aziz est en effet la cible régulière de critiques à l’international. Que ce soit de la part du Groupe de travail des Nations unies sur les détentions arbitraires ou encore des ONG.

Ainsi, selon le nouveau texte « est considéré comme apostat celui qui commet un outrage contre Allah, ses anges, ses Prophètes et ses livres. Ce dernier sera puni de la peine de mort et, même s’il se repent, il écopera d’une amende allant de 50 000 à 600 000 ouguiyas, soit de 75 000 à 905 000 francs CFA ».

Dans le cas, où l’individu ne se repentirait pas dans les délais, celui-ci serait alors « condamné à mort en tant qu’apostat et ses biens confisqués au profit du trésor public ».



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le Monde Arabe
Commentaires : 1
Lus : 1389

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • bagaby (H) 01/05/2018 11:20 X

    Vous voyez ? Ce journal ne voit pas les choses comme la presse locale. Le repentir est bel et bien réintroduit et le paiement de l’amende sauve la tête du mis en cause, contrairement aux affirmations du journal 360 publié ce même jour par le site électronique. Accordez vos violons ! La vie humaine est précieuse. Sinon, à quoi sert-il de payer l’amende s’il faut de toutes façons se faire condamner à mort et perdre tous ses biens au profit du Trésor public ?