20-05-2018 13:33 - Mauritanie : suspension des salaires des médecins grévistes

Mauritanie : suspension des salaires des médecins grévistes

Apanews - Le ministre de la Santé, aux termes d’une circulaire, a décidé de la suspension des salaires des médecins participant à une grève totale observée depuis deux semaines en Mauritanie, a-t-on appris samedi à Nouakchott.

La circulaire du ministre de la Santé mauritanien, Kane Boubacar, a été adressée à tous les directeurs d’hôpitaux et directeurs régionaux de la santé. Jugeant illégale cette grève, le ministre a enjoint aux responsables des structures sanitaires de lui communiquer les noms de tous les grévistes en vue de suspendre leurs salaires.

Organisée par les deux syndicats de médecins généralistes et de spécialistes, la grève avait commencé par des arrêts de travail limités pendant deux semaines avant de devenir un mouvement ouvert faute de réaction positive de la part des autorités compétentes, selon les grévistes.

Ces derniers exigent notamment l’amélioration de leurs conditions de travail, la gratuité des soins et médicaments dans les services d’urgence et la répression contre les faux médicaments.

Les deux syndicats ont fait savoir que leur mouvement est suivi à 90%, précisant qu’un service minimal est assuré dans toutes les structures d’urgence.

MOO/cat/APA



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Apanews
Commentaires : 5
Lus : 3064

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Hammejerel (H) 20/05/2018 21:51 X

    La locution « tel père tel fils » qui signifie que le fils possède les qualités et les défauts de son père, trouve tout son sens ici. Qui était le parrain d’une proposition de loi qui passa, à l’assemblée, comme une lettre à la poste pour aboutir à la fameuse loi n°93-23 du 14 juin 1993 portant amnistie des auteurs des crimes extra judiciaires des années noires ? En y répondant on comprend que ce ministre ne peut agir que de la sorte.

  • pyranha (H) 20/05/2018 18:14 X

    Ce Mr là aussi semble ne rien comprendre en rentrant dans le jeu des politicards affairistes .Genre FASSA Yérim personne n'en n'a besoin .Ces médecins sont sont tes confrères ,tu dois être apte à comprendre la justesse de leur revendication et opter sur la nécessite de les comprendre et non te faire prendre les oreilles par un dictateur pour exécuter tète baissée ses mille volontés Tfffou !!!! où va cette Mauritanie ? Imam ,intellectuels ,tous corrompus et intimidables à volonté quel pays maudit!!! Ce ministre aurait pu avec un petit grain de dignité démissionner car un échec total mais pour cela il faut avoir une histoire de famille qui sache dire non .Votre place est à salle salle d'opération mais pas à l'administration .Je rends hommage au Pr SOUMARE OUTOUMA dont la vie et l'oeuvre se résument en dignité, compétence et indépendance .

  • injector (H) 20/05/2018 17:17 X

    Mes amis ne vous laissez pas affoler par une simple suspension de salaire Vous étés dans vitre droit le plus absolu ,les médecins mouchards seront un jour mis aux arrêts C est quoi le salaire ,il est insuffisant donc ne le suspendre il faut l 'arracher pour combler les utopies du Président Mohamed Ould Abdel Aziz,comment peut il vouloir recruter des tunisiens alors ici il y a des infirmiers et des infirmières qui ont payé leurs cursus ils chôment et même des médecins qui chôment ,vous voulez faire du bien aux enfants de la Mauritanie ,récupérer les retraités 3000 euros 1 millions d ouguiyas Quelle sagesse quelle idiotie

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 20/05/2018 15:37 X

    La grève injustifiée suspend automatiquement le contrat de médecins grévistes. Ces médecins ne fournissant plus de prestation de travail, l’Etat n’a pas à leur verser de salaire. Donc il ne faudrait pas que les médecins soient surpris par cette circulaire . VIVE AZIZ ET VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE

  • kalidou gueye (H) 20/05/2018 14:11 X

    Ya un proverbe qui dit que si le coq veut être humilier, montre son derrière au vent. Si un pouvoir prépare son départ ça commence par des grèves des secteurs les plus importants de la vie qui sont la santé et l éducation. La grève de ces médecins est légale et justifier. On ne peut pas se permettre de décaisser des milliards pour une réimplantation d un parti inexistant et mettre en faillite la santé et l éducation des mauritaniens. Maintenez votre grève Inchaallah la population est avec vous. Cette fois ci c est pas les ministres qui vont sautés mais le sommet meme.