04-06-2018 08:45 - Mauritanie : les médecins grévistes font monter les enchères

Mauritanie : les médecins grévistes font monter les enchères

Apanews - Les médecins mauritaniens, en grève illimitée depuis un mois, ont décidé de faire monter les enchères au cours d’une réunion d’évaluation tenue à Nouakchott, a-t-on appris de source médicale dimanche dans la capitale mauritanienne.

Au premier plan des mesures d’escalade décidées figure la résiliation collective des contrats liant les grévistes avec l’hôpital militaire de Nouakchott à partir de ce lundi.

Ladite grève est organisée conjointement par les deux syndicats des médecins généralistes et spécialistes qui réclament l’amélioration des conditions de travail et la revalorisation des salaires.

Réagissant au mouvement d’humeur, le ministère de la Santé mauritanien a pris des mesures punitives dont le limogeage du président du Syndicat des médecins spécialistes de sa fonction au Centre hospitalier national de Nouakchott (CHN) et la menace de suspendre les salaires de tous les grévistes.

Si le limogeage de leur collègue n’est pas annulé au bout de 15 jours, les médecins menacent d’aller vers des démissions collectives de tous les chefs de division au CHN.

Les grévistes ont aussi prévu de limiter la permanence dans les urgences à tour de rôle à un seul hôpital par semaine à compter du 1er juillet, faute de satisfaction de leurs revendications.

Jusque-là, les services des urgences dans tous les hôpitaux étaient exemptés des arrêts de travail.

Les grévistes soulignent en outre que « les décisions arbitraires et illégales » ne feront que renforcer leur détermination et leur attachement à leur « cause juste ».

MOO/cat/APA



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Apanews
Commentaires : 2
Lus : 2064

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • pyranha (H) 04/06/2018 09:07 X

    Quelle que soit la gravité de cette affaire ,le pouvoir en est le seul responsable ,en usant comme d'habitude de l'escalade ,de la pression ,du chantage et d'intimidation.Mais face à ce peuple de lâches qui devrait descendre et dégager ce dictateur qui manipule son ministre et ses directeurs par des mesures mesquines ,les citoyens au bord de la tombe dans les hôpitaux même sans gréve ne feront que prier...Un pouvoir qui dilapide sans retenue les ressources publiques et entretien nuit et jour la corruption ,menaçant sans cesse ceux qui réclament leur droit ne peut espérer s'en sortir sans se faire lyncher et par ses citoyens et par l'histoire. Ce grand JOUR est surement très proche.

  • pyranha (H) 04/06/2018 09:07 X

    Quelle que soit la gravité de cette affaire ,le pouvoir en est le seul responsable ,en usant comme d'habitude de l'escalade ,de la pression ,du chantage et d'intimidation.Mais face à ce peuple de lâches qui devrait descendre et dégager ce dictateur qui manipule son ministre et ses directeurs par des mesures mesquines ,les citoyens au bord de la tombe dans les hôpitaux même sans gréve ne feront que prier...Un pouvoir qui dilapide sans retenue les ressources publiques et entretien nuit et jour la corruption ,menaçant sans cesse ceux qui réclament leur droit ne peut espérer s'en sortir sans se faire lyncher et par ses citoyens et par l'histoire. Ce grand JOUR est surement très proche.