16-07-2018 11:56 - Mauritanie: deux militants s’affirment victimes de mauvais traitements en prison

Mauritanie: deux militants s’affirment victimes de mauvais traitements en prison

RFI - Deux militants du mouvement anti-esclavage IRA, libérés vendredi 13 juillet après deux ans d’emprisonnement, affirment dans la presse avoir été détenus dans des conditions inhumaines et torturés à Nouakchott avant leur transfert vers la prison de Bir Mogreine, dans l’extrême nord du pays.

Ils avaient été arrêtés et jugés en 2016 pour avoir tenté d’empêcher la police d’exécuter un arrêté d’évacuation par la force des sans-abris harratines, ou descendants d’esclaves, qui squattaient une zone résidentielle au nord de Nouakchott.

Les anciens détenus du mouvement IRA à Bir Mogreine, affirment avoir été déportés dans une zone aride et hostile, à « quelques kilomètres de Tindouf en Algérie, quarante kilomètres du Sahara – la frontière – et quelques kilomètres du Mali », comme le rappelle Abdelllahi Matalla Saleck. « Une zone très dangereuse, minée, en pleine brousse », décrit le militant, « une prison militaire et pas une prison civile ».

Moussa Bilal Biram, le deuxième détenu, dévoile les mauvais traitements infligés dans les centres secrets d’interrogatoire à Nouakchott. « Ils nous ont bandé les yeux, on voyait rien, en me disant : "c’est toi qui a incendié les voitures de la police". C’est tout ce qu’ils cherchaient. On m’a braqué une caméra, on m’a dit "on te donne le signe, tu parles". J’ai refusé, c’est pour cela qu’on m’a beaucoup torturé. »

Moussa Bilal Biram détaille : « Ils nous mettent des menottes sur les bras, des chaînes sur les pieds et ils nous mettent sur le plafond. Ils tapent nos pieds jusqu’à ce que ça gonfle ».

Poursuivre le combat

L’ancien prisonnier entend à présent continuer de lutter « contre l’esclavage, contre le racisme, contre tout ce qui touche aux droits humains ».

Face aux accusations de traitements dégradants, une mission du mécanisme mauritanien de prévention de la torture s’était rendue à Bir Mogreine en 2017. Elle n’a pas constaté de violations des droits des pensionnaires de la prison.

(Re)lire : Fatimata Mbaye, pas de « volonté réelle d’éradication de l’esclavage en Mauritanie »



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 1
Lus : 1158

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • ASSOCIATIONMAINSPROPRES (H) 16/07/2018 15:14 X

    Menteurs! Moi président, je vous aurais pendus et jeter vos carcasses aux chiens errants de la capitale. Notre justice est malheureusement trop clémente.