10-12-2018 07:30 - Les impôts, une pilule mortelle pour l’Enseignement privé en Mauritanie

Les impôts, une pilule mortelle pour l’Enseignement privé en Mauritanie

SNPEP - C’est dans un souci continuel d’apporter sa contribution pour un lendemain meilleur à tous les enfants mauritaniens mais surtout à ceux qui sont issus des quartiers périphériques pour lesquels l’accès à une éducation de qualité constitue non seulement un défi mais aussi une angoisse pour les parents que l’enseignement privé dans notre pays reste incontestablement se veut comme second un pilier de notre système éducatif.

De par sa spécificité, il demeure l’unique secteur saisonnier opérationnel qui ; d’ailleurs dans les faits ne travaille que 7 mois sur les 9 prévus, alors devrait-il être considéré comme un secteur commercial surtout qu’il est, pour essentiel, constitué des retraités et des diplômés –chômeurs ?

Il semblerait que l’état mauritanien ait décidé de prélever des impôts, des taxes et même une TVA sur chaque élève alors que contrairement aux idées reçues, les écoles privées ne sont aucunement un pan du secteur commercial.

En effet, il est plus qu’urgent de tirer la sonnette d’alarme pour attirer l’attention des autorités sur les conséquences oh combien néfastes qu’une telle décision aura sur notre système éducatif en général et sur la vie scolaire en particulier.

Les écoles privées, en dépit de leurs manquements au niveau académique que pédagogique, devraient bénéficier des subventions de l’état pour remplir leur rôle de soupape dans un système d’enseignement de qualité qui d’ailleurs n’existe que très peu.

En se référant à une étude en 2015 ; dans le cadre de l’évaluation et selon les statistiques fournies par l’actuelle direction des examens et concours, le taux d’admission au baccalauréat dans les établissements privés est de 18% alors que celui des établissements publics n’est que de 11,74%.

Devons-nous rappeler qu’à Nouakchott, au niveau du secondaire, le nombre d’élèves dans les établissements publics est de 42325 alors qu’il est de 43130 dans les établissements privés. Pour ce qui est des professeurs, ils sont de 2020 dans le public soit 36,59% contre 3501 dans le privé soit 63, 41% et le nombre d’établissements secondaires publics ne dépassant pas 54 tandis que ceux du privé sont de 205.

Eu égard à cette situation, l’état n’est-il pas en train d’étrangler un secteur aussi sensible que celui de l’enseignement privé considéré comme l’un des organes vitaux de notre éducation ? Sinon n’est-il pas dans une situation financière telle qu’il voit en toute activité privée « une vache à lait » à traire pour satisfaire des besoins inavoués ?

Les écoles privées, outre la qualité d’enseignement qu’elles dispensent dans les quartiers périphériques sont des écoles de proximité, une alternative aux parents d’élèves qui n’ont pas les moyens d’assurer quotidiennement le transport à leurs enfants.

Au vu de toutes les raisons précitées, l’état doit renforcer sa mission régalienne d’éduquer l’ensemble des enfants de 06 à 14 ans comme la loi n° 201/ 054 le stipule, en soutenant de toutes ses forces ce secteur de notre éducation dans son rôle d’appui et de facilitateur pour ne pas pervertir nos enfants, et cela en l’exonérant de toute forme de taxe ou pénalité.

Par conséquent, il serait d’une grande sagesse que les autorités concernées prennent en compte la spécificité de ce secteur pour lui permettre de jouer pleinement sa partition dans la promotion d’un enseignement de qualité tout en lui imposant plutôt ; toute la rigueur nécessaire dans l’application de la déontologie éducative ; que celle des impôts handicapants.

Maintenir une telle décision, c’est inéluctablement forcer plusieurs écoles privées à mettre la clé sous la porte, et partant jeter des milliers d’enfants dans la rue en mettant leur avenir en péril et pour finir par faire exploser le chômage qui demeure le problème majeur de notre pays.

La Cellule de Communication



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : SNPEP
Commentaires : 3
Lus : 1851

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Belle Plume (H) 10/12/2018 15:18 X

    Si ces "Prometeurs..." ne savent même pas écrire correctement le nom de leur corporation, autant les faire disparaître. Et sans délais.

  • observateurseulement (H) 10/12/2018 11:20 X

    .....'' Sinon n’est-il pas dans une situation financière telle qu’il voit en toute activité privée « une vache à lait » à traire pour satisfaire des besoins inavoués ?'' GILETS JAUNES DE TOUS LES PAYS UNISSEZ-VOUS.

  • cccom (H) 10/12/2018 09:28 X

    J'ai commenté http://cridem.org/C_Info.php?article=718080 Note à tous et à la Presse . Avec la même volonté, malgré l'incompréhension et parfois agressivité de l'Etat, j'avais par mon initiative de 84 créé gratuitement des milliers d'emplois hautement plus rémunérés que les 2 uniques salariés de l'Etat ( le secretaire Banda Séne et le Feu planton à Keur Masséne) , je plaide pour une réforme de l'Education performante, gratuite et intensive, créatrice d'un fonds de 50 milliards UM pour lancer un projet agricole modernes créateur 100.000 emplois/an par l'achat par les Conseils Régional avec le 1/5 de l'épargne sur la gabégie actuelle du systéme éducatif officiel d'une usine de dessalement techniquement analogue à l'usine voisine d'Agadir (Maroc) pour téléirriguer à distance dans les Wilayas du Nord d'une palmeraie 2 fois la surface totale de l'Adrar. Cette réforme de l'Education quasi gratuite apportera au pays par les ressources humaines l'émergence économique et un revenu agricole à tous les cadres et autres, à terme qui dépassera les recettes du secteur minier. En plus des messages de sensations racistes ou de gloire de nos ancêtres, je demande à nos presses indépendantes et officielles de s’intéresser au développement au potentiel infini pour esquiver les crises qui nous menacent. https://web.facebook.com/cheikhany.ouldsidina