15-04-2019 07:00 - Biram Dah ABEID rencontre des déportés, veuves, orphelins et rescapés des événements de 89-91

Biram Dah ABEID rencontre des déportés, veuves, orphelins et rescapés des événements de 89-91

Biram Dah ABEID a rencontré dimanche 14 Avril à Nouakchott des déportés, veuves, orphelins et rescapés des évènements de 89-91.

Lors d’une rencontre, Biram DAH ABEID, candidat à l’élection présidentielle de juin 2019, a affirmé que le passif humanitaire était un "problème pas négociable", réitérant son engagement "à porter la justesse et la légitimité de cette cause" dans son programme politique.

"Nous, les candidats, nous devons laisser un chapitre vierge, un chapitre important de notre programme pour la Mauritanie, le chapitre du règlement de ce passif lourd qui est encore un actif (…) parce que la justice est encore empêchée, bloquée, prise en otage à cause d’une amnistie ignoble qui a été faite pour justifier et pérenniser l’impunité", a déclaré Biram DAH ABEID.

"Il n’y a pas de démarches qui n’ont pas été faites par les autorités de ce pays pour que je me libère de cet engagement sacré, mas le sacré, je ne le laisse pas, je ne m’en défais pas. Il n’y a pas d’insultes que je n’ai pas eu de la part de mes frères Harratines qui étaient avec moi dans ce combat mais qui l’ont quitté en utilisant contre moi ce problème comme couteau : 'Biram est vassalisé par les Peuls !' 'Biram est dominé et instrumentalisé par les FLAM, par les racistes !' Je suis fier d’être instrumentalisé par les victimes mais des victimes légitimes, des victimes qui ne veulent pas la revanche, des victimes qui ne sont pas pyromanes, des victimes qui ne veulent pas mettre le feu au pays, des victimes qui ne veulent pas la chasse aux sorcières mais des victimes qui ne se vendent pas, qui ne s’achètent pas, qui meurent avec leur conviction", a ajouté M. ABEID.

Dans la salle, il y’avait plusieurs représentants d’ONGs, d’associations ou collectifs de droits humains. Parmi eux, Dr Dia Alassane qui dirige Touche pas à ma Nationalité (TPMN). Il a suivi avec beaucoup d’intérêt l’intervention du candidat Biram DAH ABEID. Il livre ses impressions :

"Nous le remercions pour nous avoir pris en considération. Il a su trouver les mots par rapport aux victimes et on l’a toujours vu aux côtés des victimes. C’est tout à son honneur de leur laisser le choix par eux-mêmes de dire comment ils entendent que cette question soit réglée. Simplement, je veux aller un peu loin que ça. Nous savons tous ce qui s’est passé mais nous voulons l’engager lui, en tant que candidat à la présidence de la République, qu’il aille aux racines, quand il sera élu, en déconstruisant le système comme il l’a toujours dit lui-même. Nous l’attendons tous sur ce terrain. Nous l’engageons à revoir les termes de la cohabitation et du partage des richesses pour que tous nous nous reconnaissions à ce pays. Le contrat qui liait les Mauritaniens a été définitivement rompu le 28 Novembre 1990 à Inal (…) ".

D’autres personnes sont également intervenues, pour exprimer leur satisfaction par rapport à cette rencontre ou encore pour souligner leur indignation.

"Jusqu’à présent, nos problèmes n’ont pas été réglés. Même s’il y’a des débuts de solutions, pour moi, ce sont seulement des demi-mesures. Nous sommes dans un régime de demi-mesure, un régime de déni de l’esclavage et autres, un régime de renvoi aux calendes jahiliyennes. (…) Dans ce pays, la communauté négro-africaine et Harratine est exclue sur le plan politique, économique, social, culturel et institutionnel. Il y’a beaucoup d’exclusion dans notre pays", soutient Fara Oumar Ba, un rescapé.

Lors de cette rencontre, Biram DAH ABEID est longuement revenu sur les attaques dont il a toujours fait objet en raison de ses positions tranchées sur la question du passif humanitaire. A ceux qui l’insultent, Biram DAH ABEID dit pardonner, avant d’inviter les associations à lui proposer une feuille de route qu’il inclura dans son programme politique.

Texte & Photos | Par Babacar BAYE NDIAYE

© CRIDEM 2019

----


Avec Cridem, comme si vous y étiez...




































Commentaires : 5
Lus : 3017

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • ftmely (F) 17/04/2019 10:11 X

    A entendre le pseudo Ben Aouf, on pense qu’en Mauritanie il y a une politique de séparation comme en Apartheid. En 1965, lorsque j’ai commencé à comprendre mon environnement, je partageai la même table avec un noir, la même classe et la même école avec des noirs sans aucune différence. Monsieur, les noires nous ont allaités et les blancs comme ils disent ont allaités les noires, donc, nous somme frères et cessez SVP d’édifier des rambardes raciste. Réfléchissez SVP, humainement, nous avons la même origine et en réalité il n’y a aucune différence entre un blanc et un noir. Cessez de prôner la politique des politiciens racistes.

  • a.bennan (H) 16/04/2019 12:22 X

    En RIM,il n'existe aucun"passif".Il s'agira simplement de vous accrocher pour un avenir meilleur pour tout le monde et de digérer tous les passés qui n'intéressent d'ailleurs personne dans ce magnifique et fier pays.

  • medabdul (H) 15/04/2019 09:38 X

    alors ou est le covire? ou sont ces farfelus les trois loubards qui ont vole l'argent des orphelins et veuves? d'ailleurs ils sont quatre des misérables::et j'en passe.

  • Ben Aouf (H) 15/04/2019 09:34 X

    Birama vous avez le courage de vos opinions, (***) vous êtes seul qui les empêchent de dormir .on compte sur vous pour la Mauritanie de demain où le haratin va pouvoir aller à école sans être gêner dans sa progression, où le noir va enfin retrouver sa citoyenneté. Vive birama que Dieu te garde contre tes ennemis.

  • lass77 (H) 15/04/2019 07:13 X

    Ce vocable " passif humanitaire" n'existe qu'en Mauritanie. Qu'est ce qu'en réalité le passif humanitaire ? Évidemment ce problème doit être résolu de fond en comble sinon il est claire que le pays ne peut pas avoir de l'unité nationale déjà plombée. Comme le voyez seul Biram évoque, parle des vrais maux de la Mauritanie contrairement aux autres sans exception. biram dénonce les problemes de racisme, de discrimination, de féodalité, de caste, d’esclavage etc... Les autres n'en parlent pas voilà la difference.