20-04-2019 23:15 - Vidéo. Mauritanie: voici les revenus générés par les industries extractives

Vidéo. Mauritanie: voici les revenus générés par les industries extractives

Le360 Afrique - Le gouvernement mauritanien vient de rendre public le dernier rapport sur les industries extractives. Le document a été présenté devant les acteurs politiques, économiques et de la société civile.

Le rapport sur les industries extractives pour l’année 2016, dernier document en date pour la Mauritanie, a fait l’objet d’une présentation mercredi, dans le cadre d’un atelier qui a réuni les représentants du gouvernement, les acteurs des compagnies minières et pétrolières, ainsi que les acteurs de la société civile.

Les revenus générés par le secteur extractif en Mauritanie ont atteint un chiffre global de 44,95 milliards d'ouguiyas, soit 128 millions de dollars.

Ce montant a été déterminé «sur la base des données déclarées, après travaux de conciliation. Il englobe tous les revenus encaissés par le Fonds national de recettes des hydrocarbures (FNRH), soit 12,181 milliards d'ouguiyas, le Trésor public pour 32,107 milliards d’ouguiyas et au titre des paiements sociaux infranationaux pour 688 millions d'ouguiyas», explique le document.

Mohamed Lemine ould Ahmedou, président du Comité national de l’initiative pour la transparence des industries extractives CN-ITIE, évoque les enjeux de l’exercice, son importance pour l’économie de la Mauritanie et la gouvernance.

La publication de ce rapport périodique donne une image complète du secteur extractif dans le pays.

La Mauritanie a été admise comme pays candidat à l’ITIE en novembre 2007. Depuis lors, elle a entrepris la mise en œuvre de cette initiative à travers des activités visant à renforcer la transparence dans la gestion des revenus du secteur extractif.

Ce dernier rapport couvre la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2016 et constitue le douzième document du même genre produit par la Mauritanie.

Le CN-ITIE est composé des représentants de l’administration, des compagnies minières et pétrolières et des acteurs de la société civile.

Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1182

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • cccom (H) 21/04/2019 09:03 X

    Les industries extractives soient-elles le pétrole et le gaz sont et seront une malédiction pour la Mauritanie tout comme au Nigéria qui exploite depuis 50 ans les plus grandes reserves en offcshore du Pétrole et Gaz et reste, malgré ses exportations aux USA et autres d'un PIB égale au pauvre vcoisin le Sénégal. Je gage que si l'Etat nous ( Conseillers Régionaux de l'Adrar giflé par l'arrété n°156 §/MIDEC du 19 Mars 2019 qui donne plus d'importance aux domestiques à nos Présidents) accepte une réforme gratuite et intensive de l'Enseignement par le systéme EDU cerveaux Oasis nous créerons en agriculture moderne une recette annuelle en remboursement des projets clés en mains supérieurs aux 400 milliars UM/an de l'extraction minière en plus de l'émergence de la Mauritanie par ses ressources humaines d'ingénieurs en bas âges multidisciplinaires. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr