21-04-2019 07:45 - Mauritanie: tractations pour l'entrée de l'opposition à la Céni dans l'impasse

Mauritanie: tractations pour l'entrée de l'opposition à la Céni dans l'impasse

RFI Afrique - Alors que l’élection présidentielle est prévue le 22 juin, l’organe chargé de superviser le scrutin est contesté par l’opposition mauritanienne.

Selon elle, la Céni est composée exclusivement de partis politiques soutenant la candidature du général Ghazouani, de la majorité. Les réunions de ces derniers jours entre le ministre de l’Intérieur et les leaders de l’opposition en vue de la recomposition de la commission électorale n’ont rien donné. Les leaders de l’opposition ont rencontré trois fois le ministre de l’Intérieur cette semaine pour trouver un compromis.

Après des réunions qui se sont souvent poursuivies jusqu’à tard dans la soirée, les autorités, qui s’opposent à la dissolution de l’actuelle Céni, avaient accepté d’intégrer cinq représentants de l’opposition au sein du comité des sages de la commission électorale, qui devait donc passer de 11 à 16 membres. Avant de changer d’avis.

« On était prêts à signer le procès-verbal de l’accord quand ils ont renoncé en disant que c’était contraire à la loi », rapporte Saleck Sidi Mahmoud, vice-président du parti islamiste Tawassoul.

Le ministre de l’Intérieur a finalement proposé trois représentants à l’opposition au lieu de cinq. Un nombre jugé insuffisant par les opposants. Mais ils entendent rencontrer à nouveau le ministre de l’Intérieur. « Nous ne voulons pas rompre avec le ministre de l’Intérieur parce que nous voulons qu’ils entendent notre voix et nous voulons aussi qu’ils rectifient le tir. Il faut éviter à la Mauritanie l’instabilité », explique Saleck Sidi Mahmoud.

Pour les autorités mauritaniennes, il faudrait un vote au Parlement pour ajouter cinq nouveaux membres à l’actuelle commission électorale, ce qui entrainerait un risque de report de l’élection présidentielle.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI Afrique
Commentaires : 1
Lus : 2253

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • synthetiseur (H) 21/04/2019 13:45 X

    Sur 11 sages de la Commission Electorale Non Indépendante 10 ont déclaré leur affiliation au camp Ghazouany. Alors de quelle indépendance de la CENI peut on nous parler? Les prérogatives de la CENI se confondent avec celles des pouvoirs publics. Les ministres, les walis, les directeurs , les représentants désignés de la CENI sont tous affiliés au régime en place. Si les gens du pouvoir perdent ces élections c'est que vraiment ils sont honnis par le peuple mauritanien et pourtant les mauritaniens s'ils se ressaisissent et s'arment du courage nécessaire, s'ls mettent de coté leurs craintes et leur peur du pouvoir, s'ils se premunissent contre la corruption materielle et immatérielle , ils sont à deux doigts de créeer la surprise des quatre dernières décennies, écarter définitivement la main mise militaire sur le pays, se débarrasser des tares qui font qu'un pays comme le notre plus riche que la Suisse tourne en rond dans la misère. Que tous ces ploutocrates en quete de marchés et de contrats illégaux, que tous ces cols blans, ces flagorneurs, ces cadres et intellectuels avachis et sucés jusqu'au sang de leur conscience, ces walis, directeurs, et représentants de la CENI corrompus sachent que l'heure de la vérité a sonné....Ces milliers de jeunes desespérés, ces centaines de médecins, enseignants, infirmiers, ouvriers, ces milliers de femmes et d'hommes des zones rurales et des périphéries, désemparés et frustrés ne les laisseront plus faire.