Cridem

Lancer l'impression
05-06-2013

20:44

Mami Wata, mère des eaux : voyage au bout des côtes de l’Afrique de l’Ouest [PhotoReportage]

Avec le soutien du PRCM (Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’Ouest), l’ONG BiodiverCités offre, avec "Mami Wata, mère des eaux" de Jean-François Hellio et Nicolas Van Ingen que l’on peut découvrir au Musée National, "un voyage naturaliste le long des côtes de l’Afrique de l’Ouest".

A travers cette exposition photographique, on découvre ainsi la richesse des côtes de l’Atlantique, du Banc d’Arguin à Alcatraz, de Diawling aux Iles Bijagos, du Sine-Saloum en Casamance. Mais, derrière cette image, se cache un massacre écologique.

Depuis quelques décennies, Mami Wata, la divinité aquatique, assiste, impuissante, à la dégradation de ces patrimoines naturels uniques dans le monde. L’exposition raconte l’histoire tragique et bouleversante de ces "femmes et hommes (qui) se lèvent pour protéger leur environnement et redonner l’espoir".

Les côtes de l’Afrique de l’Ouest sont devenues, note Maimouna Mint Saleck, directrice de l’ONG BiodiverCités, "le théâtre d’une mutation en cours, où les sociétés traditionnelles sont bousculées par la dégradation de leur habitat et la rareté des ressources naturelles".

L’exposition propose néanmoins de belles vues aériennes sur le long des côtes de l’Afrique de l’Ouest (Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau et Guinée Conakry), rappelle que l’éducation constituait le meilleur vecteur pour orienter les sociétés vers un développement durable et équitable, tire la sonnette d’alarme sur la nécessité de protéger des espèces en voie de disparition comme le phoque moine.

"Il faut qu’on arrive à maintenir l’intérêt mondial pour ces patrimoines naturels très riches et diversifiés", souligne Ahmed Senhoury, directeur de l’Unité de Coordination du Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’Ouest.

Avec "Mami Wata, mère des eaux", le spectateur part ainsi à la découverte des lanches à voile, des Takhridients, de la Baie de l’étoile à l’entrée de Nouadhibou, des flamants nains, des spatules blanches, des aigrettes, des flamants roses, des bécasseaux…

Babacar Baye Ndiaye


Avec Cridem, comme si vous y étiez...


































 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org