Cridem

Lancer l'impression
18-06-2014

07:39

Débat présidentiel : Les organisateurs jettent l’éponge

Le débat tant annoncé entre les candidats engagés dans la course à la présidence n’aura jamais lieu. L’annonce a été faite par les organisateurs dudit débat. Cela, au cours d’une conférence de presse qui s’est déroulée ce mardi 17 juin à Nouakchott.

Les organisateurs - par la voix de Cheikh Oumar N’Diaye et Mamoudou Baidy Gaye - ont laissé entendre que l’annulation de la tenue du débat est surtout lié à l’agenda de Lala Meriem Mint Moulaye Idriss ; Biram Dah Abeid et Sarr Ibrahim, candidats à la présidentielle qui ont bien voulu souscrire à un débat.

«Sarr et Biram étant en campagne à l’intérieur du pays, il est impossible qu’ils puissent participer à un débat programmé pour le 18 juin à Nouakchott», a dit en substance Cheikh Oumar N’Diaye, président du Club des jeunes journalistes (CJJ).

Le débat dit présidentiel avait été programmé dans un premier temps pour le 7 juin avant d’être reporté au 18 juin. Trois candidats avaient donné leur accord de principe pour y participer.

A titre de rappel, il s’agit de Sarr Ibrahim Mokhtar ; Biram Dah Abeid et Lala Meriem Mint Moulaye Idriss. Boidiel Ould Houmeïd, autre candidat en lice pour la présidence, s’était excusé en clamant que les Mauritaniens n’ont pas encore la culture démocratique nécessaire à l’organisation d’un débat entre candidats à une présidentielle. Du moins c’est cela qu’a affirmé en filigrane Cheikh Oumar N’Diaye.

Quid du président-candidat Aziz ? Les organisateurs du débat ne l’ont jamais rencontré. Ils ont été reçus tout juste par Guissaly Fall du directoire de campagne d’Aziz, qui s’est employé à les humilier. Décidément Ould Houmeïd a raison : les Mauritaniens n’ont pas cette culture démocratique nécessaire à l’organisation d’un débat entre candidats à une présidentielle.

SC



 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org