Cridem

Lancer l'impression
30-08-2014

15:25

Création d’un collectif d’ONGs pour le suivi des recommandations des mécanismes onusiens de droits de l'Homme en Mauritanie

Essirage - Les organisations de la société civile en Mauritanie, militant dans le cadre des droits humains ont mis en place un collectif de 20 personnes pour suivre les recommandations des mécanismes onusiens de droits de l'Homme adoptées par La République Islamique de Mauritanie.

Cette action a été entreprise au cour d’un séminaire de renforcement des capacités des OSC sur la méthodologie, organisé à Nouakchott le 27 et 28 Aout 2014, à l'hotel T'feila, conjointement par le Commissariat aux droits de l'Homme et à l'Action Humanitaire, le Centre des droits civiques et politiques ainsi que le bureau du Haut Commissariat des Nations Unies pour les droits de l'Homme à Nouakchott.

L’ouverture officielle a été faite en présence de Mme Aïchetou Mint M'Hayham, Commissaire aux droits de l'Homme et à l'Action Humanitaire ainsi que Mr Ekkehard Strauss, représentant du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme en Mauritanie.

Ainsi durant deux jours, les participants ont échangé des idées sur les rapports et conventions rédigés par les différents comités des droits de l’homme, contre la torture, des droits économiques, sociaux et culturels et dont l’objectif des recommandations est d’améliorer la situation des droits de l’homme en Mauritanie.

Par ailleurs, les séminaristes ont assisté aux communications des experts internationaux, dont Mr M. Bouzid Hari membre du Comité des droits de l'Homme des Nations Unies et Vincent Ploton du Centre pour les droits civils et politiques. Les travaux du séminaire ont été modérés par Madame Madina Athié chargée de programme au bureau de Mauritanie du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme.

D’autres part, les participants ont été constitués en groupes de quatre thématiques pour réfléchir sur les recommandations onusiens à savoir : « droits des femmes et Violences contre les femmes », «esclavage, traite des êtres humains et discrimination raciale », « harmonisation de la législation avec les conventions internationales, relations avec les mécanismes de droits de l'homme et lutte contre la torture » « droit au développement, lutte contre la pauvreté, DESC et conditions de détention ».

Soulignons que la Mauritanie est invitée en octobre 2014, à présenter devant les instances onusiennes un rapport sur la situation des droits de l’homme avant le rapport final prévu en 2017.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org