Cridem

Lancer l'impression
03-06-2015

05:18

Ousmane Gangué sort de ses gongs: « Quand tu as du talent, on te minimise en Mauritanie alors qu’au Sénégal on conteste ta mauritanité »

L'Authentique - En prélude à la soirée de sortie de son deuxième album, à la Case, le chanteur mauritanien, Ousmane Gangué a animé samedi 30 mai une conférence de presse au centre Culturel de la Communauté urbaine de Nouakchott au cours de laquelle il a annoncé la sortie de son album intitulé « Mi arti » (je suis de retour -en poular-).

10 ans après « Yesso », Ousmane Gangué revient en Mauritanie avec son deuxième album intitulé : « Mi arti ». L’annonce a été faite par le chanteur au cours d’une conférence de presse qu’il animait samedi dernier au centre culturel de la CUN.

« Mi arti » est composé de 7 titres à savoir « Afrika », « Fans Yi mi arti », « MBagne Samba », « Fanay Ndoro », « Bela », « Thioudidoma », «Finale Gangué ». Moins rythmique que le premier album, « Mi arti » a plus de morceaux acoustiques que mbalakh.

Selon en substance Ousmane Gangué, pour qu’un artiste existe il faudra qu’il fasse un album sur le plan national et international. « Avec cet album, j’ai confirmé mon existence…. je ne suis pas un artiste d’album mais plutôt de concerts », a affirmé le chanteur.

L’intervenant devait souligner : « quand tu as du talent, on te minimise en Mauritanie alors qu’au Sénégal on conteste ta mauritanité ». Revenant sur la titraille de son album, le conférencier a estimé en substance qu’il était en tournée en Europe et en Afrique durant ses dix dernières années. Après le Sénégal qu’il a visité récemment, il est revenu dans son pays avec son deuxième album.

Evoquant la dernière soirée du chanteur Baba Maal au Zénith, l’intervenant devait soutenir qu’il est remonté contre le Roi du Yela du fait que celui-ci n’ait pas invité en l’occasion, les jeunes artistes Hal poularen qui ont besoin de soutien et de promotion à l’extérieur. « Ceux qui doivent aider les jeunes chanteurs ne sont pas ceux qui aident….moi par exemple c’est Pape Diouf qui m’invite dans ses concerts », dira-t-il.

A propos de la communication d’un artiste, Ousmane a estimé qu’un artiste ne peut pas faire une carrière sans se faire accompagner par un journaliste, voire un homme de communication.

Sur la question portant sur ses relations avec son ex Manager, Samba Pam, il dira : « Samba Pam n’est pas mon Manager, mais mon fils… Il était un simple photographe qui sillonnait les rues de Nouakchott sous le soleil et dans la poussière. Je l’ai récupéré pour le mettre à mes côtés ».

Cheikh Oumar NDiaye



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org