Cridem

Lancer l'impression
19-10-2015

21:45

Nécrologie : Adieu El Kebir

Le Bon Dieu a choisi le 26 septembre 2015, pour arracher à notre affection notre cher ainé Kabirou Macina. Comme tous tes frères, tu portais un prénom du sceau des prophètes : Mohamed el Kébir (Mohamed le grand). Grand, tu l’étais de par ta grande modestie et ta disponibilité légendaire à l’endroit de ton prochain.

Je suis bien placé pour le savoir, lorsqu’en 1978, lors de mon stage pratique à Rosso, où je ne connaissais personne, c’est toi qui m’as tendu la perche. Sur recommandation de ton ami, mon frère ainé Adama, tu m’as ouvert les portes de ta demeure, tu m’as fait connaitre tes amis Diarra Sadio, Conté et gros Diop, qui m’ont aussi apporté un surplus dans ma formation. Ces faits ne s’oublient jamais.

Grand asthmatique, je me souviens de notre veillée tous les deux lors de ta grise, si moi j’avais une peur bleue, toi, tu me rassurais en me recommandant de me coucher : « Ce n’est qu’une crise d’asthme, ça va passer ».

Tard dans la nuit, je me suis assoupi te laissant avec ton râle, au matin à ma grande surprise, tu n’étais plus là. Je me précipitais à ton bureau pour y retrouver ton large sourire. « Ce n’était qu’une crise », dis-tu, me rassurant que tu connaissais ton mal.

Homme de Dieu à l’image de ses frères Kabirou, repose désormais au cimetière de Nouakchott, auprès de sa mère Thillèle, après être parti sur la pointe des pieds. Toujours souriant, jovial, l’esprit alerte, grand « Kab », travaillait à la SMAR, il y a ouvert le bureau de Rosso, et est resté dans cette société jusqu'à sa retraite.

Des témoignages sur toi ont attesté des relations étroites que tu entretenais avec tous, tu étais d’une grandeur d’âme bien rare et d’une haute noblesse de cœur. Une réelle amitié te liait à certains membres de ma famille à l’image d’Adama qui t’a pleuré depuis Bamako.

Tu es parti un an jour pour jour. Devant certains faits même la nature contribue, même le ciel, a lui aussi versé des larmes avec de fortes précipitations pour rafraichir ta tombe, El Kébir.

Puisse le Très Haut te recevoir dans son céleste éden.

ADN





 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org