Cridem

Lancer l'impression
30-03-2017

22:00

Mauritanie : vers un vol Paris-Atâr dès l'automne 2017 ?

TourMag - Le ministère français des Affaires étrangères a décidé de modifier ses Conseils aux Voyageurs sur la Mauritanie. La région de l'Adrar - avec notamment les villes de Chinguetti et d'Ouadane, réputées dans le secteur du trekking - n'est plus en rouge sur la carte du Quai d'Orsay. Elle est passée en jaune.

Ce qui permet d'envisager la possibilité d'ouvrir à nouveau un vol direct depuis Paris. Il y a du changement dans les Conseils aux Voyageurs du ministère des Affaires étrangères (MAE) français pour la Mauritanie.

Les déplacements dans les deux villes de Chinguetti et d'Ouadane qui sont deux points forts du tourisme dans le pays, ne sont plus formellement déconseillés. Sur sa carte, le Quai d'Orsay les classe désormais en orange. Elles sont donc désormais "déconseillées sauf raison impérative".

La fiche de la Mauritanie sur le site du MAE a été mise à jour le 21 mars 2017.

Et, comme l'écrit notre confrère TrekMag.com, "pour la première fois depuis 2010", les déplacements dans l'Adrar ne sont plus déconseillés.

C'est dans cette région que la plupart des voyages d'aventure et les treks étaient organisés par les professionnels du tourisme français avant les conflits armés.

Vers un vol Paris-Atâr dès l'automne 2017 ?

Une avancée à laquelle a grandement contribué Maurice Freund, fondateur de Point Afrique et spécialiste du tourisme dans le Sahel. Il a participé aux négociations avec les autorités pour permettre cette évolution.

"La modification de la carte du MAE est plus qu'encourageante. Elle ne fait que constater les énormes efforts déployés par l'actuel gouvernement mauritanien pour lutter contre le terrorisme de l'Islam radical", analyse-t-il.

Maurice Freund se trouve actuellement à Nouakchott, la capitale mauritanienne, "pour travailler avec la ministre du commerce, de l'industrie et du tourisme aux stratégies à mener pour la relance d'un vol Paris-Atâr dès l'automne 2017", poursuit-il.

Il compte également sur sa présence dans le pays pour inciter les autorités mauritaniennes "à tout mettre en œuvre pour qu'à l'automne 2017, tout la zone actuellement en orange passe en jaune (vigilance renforcée, Ndlr). Mais ce n'est pas gagné".

L'ex-patron de Point Afrique espère que les tour-opérateurs spécialistes français suivront et "mettront tout en œuvre pour répondre aux espérances des populations de cette partie du Sahara."

Mais, si l’État français a revu sa position et même si les voyagistes s'engagent, "il va être très difficile de convaincre les voyageurs, reconnaît l'aventurier. Cette bataille est loin d'être gagnée.

Et son échec conduira malheureusement à la désespérance et anéantira tout ce travail de longue haleine dans lequel les autorités militaires civiles et les populations se sont investis."





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org