Cridem

Lancer l'impression
26-08-2017

18:00

Mauritanie : Obstruction à la liberté syndicale

CLTM - Hier Vendredi 25 Août 2017, le Secrétaire Général de la CLTM (Confédération Libre des Travailleurs de Mauritanie) Monsieur Samory Ould Beye a été convoqué à la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) et a été retenu pendant plusieurs heures.

Il a été interrogé sur les relations extérieures de la CLTM ainsi que ses dirigeants et également sur ses sources de financement. La CLTM estime qu’il s’agit là de graves violations du libre exercice du droit syndical et un bâillonnement des libertés syndicales dans notre pays.

La CLTM constate que depuis plusieurs années, elle fait l’objet de toutes sortes de tracasseries et de pressions pour l’unique raison qu’elle dénonce les violations multiples des droits syndicaux et humains et lutte farouchement contre les injustices multiformes dont l’esclavage, la discrimination et l’exclusion.

Au stade actuel, nous estimons que la politique du Général Président Mohamed Ould Abdel Aziz est de museler le peuple mauritanien par des moyens non orthodoxes en réaction à leur opposition aux amendements anticonstitutionnels et à sa volonté non avouée de se maintenir au Pouvoir.

Cela s’illustre par la persistance de cette situation de désordre généralisé créée sciemment par le pouvoir dans le seul but d’étouffer les voix discordantes notamment les Sénateurs, les Syndicats plus particulièrement la CLTM et certains médias et journalistes démontrent le manque de maturité politique source de la destruction progressive du tissu social auquel nous sommes attachés.

En tout état de cause, les mauritaniens, à raison, s’inquiètent quotidiennement du climat tendu qui prévaut dans le pays créé par le Gouvernement dans le seul but de satisfaire les ambitions d’un homme dont les préoccupations, paradoxalement, sont à l’encontre des intérêts de son peuple.

Ceci étant, la CLTM dénonce avec vigueur l’interpellation de son Secrétaire Général par la DGSN pour le seul motif que ses positions de principe dérangent profondément le régime raciste, esclavagiste et discriminatoire du Général Mohamed Ould Abdel Aziz.

La CLTM exige que cessent ces agissements injustifiés qui ne sont pas de nature à instaurer un climat de sérénité dont aspire le peuple mauritanien.

En bas l’arbitraire et la dictature, Vive la Liberté

Nouakchott, le 26 août 2017

Le Bureau Exécutif



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org