Cridem

Lancer l'impression
09-09-2017

11:11

Talibé, Almoudo : Indifférence coupable…

Le Quotidien de Nouakchott - 06 septembre. 21 heures. Centre-ville de Nouakchott. Deux petits garçons âgés de six ou sept ans dorment à même le trottoir. On les appelle Almoudo, talibés mendiants ou élèves coraniques.

On les rencontre devant les banques, les boulangeries, les restaurants, les feux de signalisation… Ils vivent de mendicité, de sévices, de misère affective... Des comme eux, il y en a des centaines à Nouadhibou, Nouakchott, Kaédi, Boghé, Rosso

Le ministère des affaires sociales, de l’enfance et de la famille, les ONG de défense des droits de l’enfant, le gouvernement, l’opposition, la majorité…Tout le monde se contente de balancer une pièce à ces petits pour se donner bonne conscience…

Une société qui en use ainsi avec ses petits est-elle fondée à vociférer droits de l’homme, démocratie, élection…?

Khalilou Diagana



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org