Cridem

Lancer l'impression
01-11-2017

13:34

Unicef: les adolescents et les enfants continuent d'être la proie de violences

RFI - Grâce aux dons en augmentation cette année, l'Unicef, chargée de protéger les enfants du monde, a distribué de l'eau potable à 3 millions de petits réfugiés en Syrie. Au même titre que les coups ou les viols, la soif et la malnutrition font partie des violences envers les enfants.

Dans son rapport 2017 sur les violences faites aux enfants, l'Unicef rappelle qu'un enfant battu est un enfant traumatisé, mais un enfant qui assiste à un crime est aussi un enfant maltraité. Guerres, crises économiques et même pays en paix, les adolescents et les enfants continuent d'être la proie de violences apparentes ou cachées.

A elles deux, et c’est la nouveauté de ce rapport, l’Amérique latine et les Caraïbes sont les deux régions du monde où les adolescents se font le plus tuer.

« Il y a un phénomène de gang qui est très important en Amérique latine et dans les Caraïbes où des jeunes, très jeunes, de 13-14 ans, se trouvent enrôlés dans des gangs et se retrouvent très rapidement avec des armes à feu à leur disposition, explique Sébastien Lyon, qui dirige le département français de l'Unicef.

Une de nos lignes d’action, c’est de créer des formations pour des travailleurs sociaux qui vont pouvoir aller dans les communautés. Par exemple au Cambodge, il y avait un grand phénomène de violences scolaires.

Il y a eu un plan qui a été mis en place avec le ministère de l’Education nationale cambodgien pour former les professeurs et les parents, où l’angle était de dire que la façon la plus efficace de traiter la discipline à l’école ce n’est pas de taper les enfants, et voilà ce que l’on peut proposer pour faire ce travail de prévention qui est si important. Mais pour cela, on ne peut le faire qu’avec des gouvernements qui ont envie de le faire et qui ont les moyens de le faire. »

Ce rapport 2017 rappelle que quel que soit le continent ou la richesse du pays, ce sont les parents, la famille ou les personnes chargées des enfants qui les maltraitent le plus.

► (Re) lire : «Déflagrations», la guerre dessinée par les enfants



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org