Cridem

Lancer l'impression
06-11-2017

13:30

Festival ardine, un évènement au-delà des générations et de l'identité [Vidéo & PhotoReportage]

Cridem Culture - A Nouakchott, à l’Espace de l’institut mauritanien de la recherche scientifique (OMRS), situé dans l’enceinte du musée national, se tenait du 28 au 29 Octobre, la première édition du Festival Ardine.

Aicha Mint Chighaly, qu’on ne présente plus dans le milieu de la musique des iggawins (griots), en est son initiatrice. Retour sur cet évènement musical inédit qui a réussi à mettre la main sur les plus grandes voix et joueuses de l’ardine du pays à l’image de Noura Mint Seymali, Ouléya Mint Amar Tichit, Loubaba Mint Meidah ou encore Coumbane Mint Ely Waeakane.

En première partie, deux allocutions, d’abord, celle du secrétaire général du Ministère de la Culture et de l’Artisanat, Dr. Ahmed Ould Bah Ould Sid’Ahmed, qui rappelle "que l’art constitue l’un des principaux fondements de la culture des nations et des peuples et un moyen efficace de convergence des différentes cultures pour répandre l'amour, la paix et la tolérance".

Puis, c’est autour d’Aicha Mint Chighally, d’insister sur la préservation de l’ardine, un patrimoine commun et une identité propre à la culture mauritanienne, avant de céder la place aux différentes artistes, pour une soirée riche en couleurs.

Parmi les invités, on comptait entre autres le nouvel ambassadeur malien, en Mauritanie : SEM. Youba Ba, bien camouflé dans un boubou blanc et coiffé d’un couvre-chef en marron clair. Ce soir-là, le public a été bien servi par les différentes générations de chanteuses et joueuses d’ardine.

Texte & Photos | Par Babacar Baye NDIAYE

©Cridem 2017

------


Avec Cridem, comme si vous y étiez...






















































 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org