Cridem

Lancer l'impression
15-11-2017

08:30

Mauritanie, coup de balai au sein des services de sécurité

Mondafrique - Voici quelques semaines, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a brutalement limogé le colonel Cheikh Ould Kotob, le chef du Basep, le bataillon d’un millier de militaires qui assure en Mauritanie la sécurité présidentielle.

L’information n’est parue nulle part tant le fonctionnement de ce corps d’élite, largement corrompu, reste totalement secret. D’autant plus que le président mauritanien est l’ancien patron du Basep et couve ce bataillon de fidèles avec une attention toute particulière.

Grogne dans les rangs

Ce limogeage brutal s’est accompagné de plusieurs changements de titulaires dans plusieurs régions militaires. Des sources bien informées à Nouakchott estiment que ces changements témoignent d’une certaine "fébrilité" du pouvoir face à la grogne des militaires de rang intermédiaire.

Autant en effet les hauts gradés partagent avec le clan présidentiel d’incontestables privilèges financiers qui les tiennent éloignés de toute contestation ouverte, autant les hommes de troupe et les officiers de rang moyen subissent, comme l’ensemble de la population, les effets de la crise financière générale.

Autre signe inquiétant pour le pouvoir mauritanien, une partie de l’armée semble s’être opposée au président Aziz lors de la réforme constitutionnelle de l’été denier qui modifiait notamment le drapeau national en le barrant de deux bandes rouges en souvenir du sang versé contre le colonisateur français. Dans plusieurs bureaux de vote proches des garnisons militaires, le non l’a largement emporté lors du référendum qui eut lieu au mois d’aout dernier sur les modifications de la constitution. “La situation dans l’armée mauritanienne inquiète la présidence”, explique un diplomate occidental.

Dans un pays muselé sur le plan politique et dont l’histoire est jonchée de coups d’état, l’armée est certainement un des principaux leviers qui pourraient, demain, rendre l’alternance possible.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org