Cridem

Lancer l'impression
27-11-2017

18:30

Mauritanie : A Kaédi, chez les oubliés de la République (Reportage)

Alakhbar - « Nous vivons comme des réfugiés dans notre pays... Pas d’eau potable pas d’électricité… Les enfants ne peuvent pas fréquenter l’école ; elle est loin… Les centres de santé sont aussi loin et même très chers ».

Ces témoignages sont recueillis par Alakhbar chez des habitants des quartiers « Aéroport » et «Bakr» à Kaédi, la capitale du Gorgol (Sud) où se tient la célébration du 57e anniversaire de l’indépendance de la Mauritanie.

Les deux quartiers sont situés tout près du lieu où le président mauritanien s’adresse à la nation mauritanienne à l'occasion de la fête de l'indépendance. Mohamed Ould Abdel Aziz va-t-il convaincre ces centaines d’âmes qui se réveillent tous les jours dans le désespoir? : « Nous ne bénéficions pas des programmes ou des projets de développement destinés à Kaédi », expliquent deux femmes, Zeinab et Amane.

« L’Etat ne nous considère pas comme des êtres humains. Pour eux, nous n’existons pas. Un jour, il y avait un projet d’adduction d’eau. Nous sommes allés demander si nous étions concernés, et la réponse était : "Votre quartier n’est pas programmé" », se désole Zeinab.

Espérant qu’un jour les pouvoirs publics entendront leur cri de détresse, les habitants de « Aéroport » et «Bakr» se contentent d’un puits qui est l’œuvre de charité d’une femme qui n’est plus de ce monde.

Ce puits constitue l’unique espoir d’accéder à l’eau, pour « Aéroport » et «Bakr». Les enfants rodent autour en jouant pendant que leurs mamans souffrent, comme depuis des années, à faire remonter l’eau.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org