Cridem

Lancer l'impression
30-11-2017

22:15

Mauritanie : l’Etat est dans une logique d’épuration ethnique (représentant de la FLAM)

Les Mauritanies - Le représentant de la Force de libération de la Mauritanie (FLAM), Moustapha Touré a fait savoir que l’Etat mauritanien est en train de faire de la « machination » pour tenter d’exproprier la communauté noire en procédant par recensement de tous les Negro-mauritaniens.

S’exprimant, mardi 28 novembre, au siège du Forum social africain à Dakar, en marge de la commémoration du 30è anniversaire de la tuerie des 28 soldats négro-mauritaniens, Moustapha Touré, a exhorté la communauté internationale de veiller au grain pour éviter cette mascarade.

« Ce qui se passe en Mauritanie est inacceptable, les noires sont de plus en plus victimes d’exclusion et de discrimination de toute sorte », dénonce-t-il.

Par ailleurs, M Touré a évoqué le statut des réfugiés mauritaniens au Sénégal qui selon lui se trouvent dans une situation irrégulière puisque leur carte d’identité a expiré depuis le mois de décembre 2016. « Actuellement, on ne peut rentrer en Mauritanie et l’Etat sénégalais est retissant par rapport à notre obtention de carte d’identité sénégalaise. Et du coup on est tout simplement des apatrides », se désole-t-il.

Dans le même son de cloche, Dioma Cissokho président du Comité des réfugiés Mauritaniens a demandé à l’Etat sénégalais d’octroyer des pièces d’identité à la communauté mauritanienne réfugiée au Sénégal.

« Le gouvernement du Sénégal doit nous reconnaitre et nous donner des papiers officiels », lance -t-il

Avant de conclure, « la situation que nous vivons est humiliante. Nos papiers ont expiré et on ne nous reconnait plus devant les institutions ».

Ibrahima Junior Dia




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org