Cridem

Lancer l'impression
04-12-2017

16:16

Démonétisation de l'Ouguiya: Économiquement et à l’écart de la politique partisane

Mauriweb - La décision prise par la Banque Centrale de Mauritanie de démonétiser la monnaie nationale, actuellement en circulation (MRO), et d’émettre une nouvelle Ouguiya (MRU), dont l’unité vaut dix unités de la monnaie actuelle, à partir du mois de janvier prochain, n’est un effet qu’un changement de la valeur nominale de la monnaie actuelle (suppression d’un zéro).

Cette transition n’aura aucun impact direct sur l'économie réelle ou sur le niveau de production (ni positif ni négatif) si elle se réalise d'une manière prudente et efficace. Elle n'affectera pas non plus le pouvoir d'achat, l'investissement, l'épargne, l'inflation ou le nouveau taux de change de la nouvelle Ouguiya par rapport aux autres devises (10 fois plus forte, nominalement).

À condition qu'il n'y ait pas d'accord préalable entre les autorités mauritaniennes et le Fonds Monétaire International pour dévaluer la monnaie mauritanienne dans l’avenir proche et qu’il y ait une politique économique, financière et monétaire transparente et efficace.

En pratique, cette transition aura un impact positif sur les transactions et les opérations bancaires et contribuera également à la réinjection de liquidité dans le circuit bancaire à court et à moyen terme.

Ceci dit, le démonétisation de l’actuelle Ouguiya et la réduction de la valeur nominale de sa future version peuvent créer une confusion dans le calcul de certains citoyens, ce qui peut conduire à leur scepticisme quant à l'objectivité de cette décision.

Cela peut constituer un défi et exige généralement des autorités l’organisation d’une vaste campagne de sensibilisation, en particulier auprès des citoyens à faible revenu, et qu'elles donnent le temps nécessaire pour réaliser cette transition de la meilleure façon possible.

En fin et à l'écart de la politique partisane, cette démonétisation en elle-même est une décision qui revient aux autorités et pourrait être considérée comme une réalisation. Mais à court terme, elle n’est pas nécessairement considérée comme une réforme économique dû à l'absence d'impact direct sur les agrégats macroéconomiques( PIB, balance des paiements, chômage, inflation ... etc).

En ce qui concerne le long terme, nous devons tous attendre pour savoir quel sera l’impact économique de cette démonétisation. Wait and see!

Qu’Allah le Tout-puissant nous accorde sa bénédiction.

Sid’Ahmed Maurice Benza



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org