Cridem

Lancer l'impression
07-12-2017

23:00

Bilan de la 3ème édition du festival rural de Maghama : Satisfecit des organisateurs

Le Calame - Le festival rural de Maghma s’est tenu, les 27 et 28 novembre 2017 dans cette capitale départementale. Une occasion pour les jeunes de se retrouver avec l’ensemble de leurs collègues de la commune pour échanger sur les questions de développement de Maghama et environs. De se distraire à travers un ensemble de festivités récréatives.

Durant les deux jours qu’a duré cet événement, les participants, venus des localités du département de Maghama, de Nouakchott et d‘ailleurs ont pu suivre diverses activités culturelles et artistiques (conférences/débats, ateliers, théâtre, sketchs, chants et danses), défilés et expositions des produits traditionnels, traitant tous des thèmes de l’actualité ;

des exposés ont porté sur le renforcement de l’unité nationale, sur les méfaits du tabac, de la drogue, de l’immigration clandestine, sur le radicalisme des jeunes, les mariages précoces, la déperdition scolaire des filles notamment, en milieu rural, le SIDA, le paludisme etc.

Les organisateurs ont également permis aux participants de revisiter certains pans la culture et de la tradition peulh, notamment la démonstration des bergers suivis de leurs moutons (jaro)…

La cérémonie d’ouverture du festival a vu la participation des autorités administratives et communales qui ont salué et encouragé l’initiative des organisateurs, les artistes locaux et invités.

Pour le premier responsable de l’événement, M. Niang Amadou Mamadou, le festival rural de Maghama est un espace de rencontre et de partage des jeunes, un espace de la citoyenneté, ainsi leur offre-t-il l’opportunité de renforcer leurs capacités afin de leur permettre de s’intégrer dans l’espace public.

C’est pour cette raison que plus de 2000 jeunes ont pris part à cette «rencontre du donner et du recevoir », explique M. Niang. Ce fut aussi l’occasion de recenser l’ensemble des associations du département afin de mutualiser leurs efforts, dans le but de les faire participer aux projets de développement local.

Il s’agit d’en faire des acteurs du développement de leur terroir, a estimé M. Niang qui a remercié au passage, le Ministère de la Culture, de l’artisanat et du tourisme et l’ambassade US en Mauritanie, pour leur appui.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org