Cridem

Lancer l'impression
07-12-2017

13:30

Mauritanie : HRW appelle au rejet d'une nouvelle loi sur l'apostasie

Infos plus Gabon - Human Right Watch (HRW), une ONG de défense des droits humains, a invité les députés mauritaniens à ne pas voter une modification pénale rendant obligatoire la peine de mort contre tout individu reconnu coupable «d’apostasie» même en cas de repentir, dans une déclaration.

Le gouvernement mauritanien a examiné et adopté ce nouveau texte, le 16 novembre dernier, et celui-ci devrait être présenté devant l’Assemblée nationale au cours des prochains jours.

La décision du gouvernement de modification des dispositions de l’article 306 du Code Pénal (CP) autorisant une peine correctionnelle à l’encontre «d’un apostat» repenti, est intervenue, une semaine après la condamnation à 2 ans de prison d’un blogueur du nom de Mohamed Cheikh Ould M’Kheitir par la Cour d’appel de Nouadhibou (Nord), dans un arrête prononcé, le 09 novembre 2017.

Celui-ci avait été condamné à mort, rappelle-t-on, par une Cour criminelle en janvier 2014. La décision de la Cour d’appel de Nouadhibou a provoqué plusieurs manifestations de rue exigeant l’exécution du blogueur.

«Les députés mauritaniens devraient rejeter un nouveau projet de loi qui rendrait la peine de mort obligatoire dans le traitement de «crimes de l’insulte ou de la moquerie» envers Dieu, le Coran et le Prophète Mohamed (PSL)», estime la déclaration.

Car «au lieu de décriminaliser l’apostasie, comme on s’y attendait au regard des traités internationaux signés par la Mauritanie, les autorités se ruent dans la direction opposée», a ajouté Sarah Witson, directrice de la division Moyen Orient et Afrique du Nord de HRW.

Le document de HRW minimise la référence à la religion et insiste sur le fait que le blogueur mauritanien a surtout dénoncé les inégalités et «la discrimination» dont est victime la caste des forgerons au sein de la société mauritanienne.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org