Cridem

Lancer l'impression
01-01-2018

17:45

Mauritanie : Mise en place d’un système de surveillance mère-enfant

L'Authentique - Le Ministère de la santé mauritanien fait de la santé de la mère et de l’enfant une de ses priorités dans les années à venir, d’où une hausse de 16 % du budget alloué au département pour son programme en 2018.

Face aux taux élevés de mortalité maternelle et infanto-juvénile, l’Etat mauritanien s’est doté d’un Système de Surveillance des Décès Maternels, Périnataux et de la Riposte (SDMPR) dont les grandes lignes ont été largement étayées lors d’un atelier organisé le 22 octobre 2017.

En effet, en dépit de quelques progrès réalisés, la Mauritanie à l’instar de la plupart des pays de la sous-région ouest-africaine n’a pas atteint les cibles des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à l’épilogue du compte à rebours le 31 décembre 2015, aussi bien en matière de réduction de la mortalité maternelle (encore à 582 décès pour 100.000 naissances vivantes, selon le RGPH 2013), de mortalité néonatale (29 pour 1000 selon l’enquête MICS 2015) et dans le domaine de la mortalité infanto-juvénile (34 pour 1000-MICS 2015).

C’est dans ce contexte que la Mauritanie a souscrit aux Objectifs de Développement Durable (ODD) et s’est dotée d’une Stratégie de Croissance Accélérée et de Prospérité Partagée (SCAPP) pour la période 2016-2030 qui va guider les orientations de développement du pays dans les quinze prochaines années.

Le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) a été ainsi révisé pour soutenir la SCAPP et a été dédié à l’accélération de la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelle, néonatale, infanto-juvénile, de l’adolescent et du jeune.

La mise en place d’un système national de surveillance des décès maternels, dans lequel les sages-femmes jouent un rôle central, constitue une occasion de mobiliser tout le partenariat local, national et international pour identifier, notifier et faire des revues sur le décès de chaque femme et de chaque nouveau-né, afin de proposer des mesures coercitives pour leur prévention.

C’est le lieu ici de relever les progrès réalisés par la Mauritanie dans le cadre de la redevabilité, notamment par l’institutionnalisation de la surveillance par le Ministère de la Santé à travers un arrêté et la mise en œuvre d’une période pilote qui a démontré que des structures au niveau national ont pu améliorer leurs services en appliquant les recommandations.

Deuxièmement, la mise en place de comités de surveillance des décès maternels dans certaines régions du pays.

Deux importants documents sont attendus dans ce cadre, un Plan d’action budgétisé de la SDMPR et les Directives de sa mise en œuvre. Il s’agira par la suite d’engager un plaidoyer solide pour la mobilisation des ressources financières nécessaires à la réussite de la stratégie.

Cheikh Aidara




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org