Cridem

Lancer l'impression
03-01-2018

20:45

Mauritanie/Routes : Des malades rendent l’âme entre Rosso-Nouakchott

Tawary - Pas une semaine sans que des dizaines de personnes malades ne rendent l’âme entre Rosso, la capitale régionale du Trarza et Nouakchott à la suite de la dégradation de la route qui relie les deux villes et cela depuis des années, rapporte une source informée.

Cette route de 200 km mais en très mauvais état est régulièrement empruntée par des ambulances venant de Rosso, Méderdra, R’Kiz, Keur-Macène, N’Diago et Tiguent transportant des malades et des blessés graves tels que des brûlés, des fracturés, des hypertendus, des cardiaques, des diabétiques, des victimes d'AVC dont certains d’entre eux finissent dommage par mourir avant d’arriver aux centres hospitaliers de Nouakchott, selon la source.

Des femmes (hypertendues et diabétiques) accouchent le plus souvent en cours de route dans des conditions critiques sous les regards des siens.

Du coup, les décès à bord des véhicules médicalisés s'ajoutent aux victimes des accidents de route sur cette partie de la Mauritanie.

Une route que les voitures parcouraient en moins de deux heures en 2000, il faut aujourd’hui quatre d’horloge si la voiture n’est pas détruite avant d’arriver à destination, martèle un usager.

D’aucuns partent jusqu’à dire est ce que les autorités de l’Etat ont une idée ou une image de cette route ?

A en croire seul un tronçon de 40 km (Boumbri) à l’entrée de Rosso est praticable et le reste n’est qu’une piste montueuse sur laquelle seule une voiture à "pas de tortue" peut rouler.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org