Cridem

Lancer l'impression
08-03-2018

22:15

Mauritanie : le gouvernement prône une meilleure répartition des fruits de la croissance

Les Mauritanies - Le ministère de l’économie et des Finances, en collaboration avec la Banque Mondiale veut faire une redistribution beaucoup plus équitable des revenus, en incluant davantage les couches sociales les plus démunies.

Lors du premier jour de l’atelier, ouvert mardi 06 mars à Nouakchott, consacré à la revue à mi-parcours du projet d’appui aux réseaux de sécurité sociale, les acteurs ont échangé sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour une meilleure répartition des revenus.

A cette occasion, le ministre de l’économie et des Finances, Mokhtar Ould Diaye a indiqué que « le gouvernement a mis en place une stratégie nationale de protection sociale, qui est destinée à limiter la vulnérabilité des groupes défavorisés et à aider les habitants à faire face aux aléas ».

Le ministre a également souligné que le projet d’appui aux réseaux de sécurité sociale comprend trois composantes :

Le registre social, chargé d’enregistrer et d’analyser les données relatives à 150 mille familles pauvres

Le programme de prise en charge qui bénéficie à 16 513 familles vulnérables au niveau de 4 Moughataas du pays, à savoir M’Bout, Kankossa, Selibaby et Ghabou

Le programme de transfert de fonds, qui englobe cette année de nouvelles moughataas telles Barkéol, Ould Yenjé, Tintane, Kobeni, R’Kiz et Aleg

« 194.662.000 ouguiyas seront distribuées au profit de 1750 familles, dont 15.750.000 au titre du volet relatif aux mesures de productivité », a-t-il ajouté ».

En outre , l’argentier de l’Etat a expliqué que la phase pilote de ce projet a été une réussite totale puis qu’elle permis de venir en aide à 1014 familles, tirées du registre social au niveau du Gorgol, (Tarket Ehl Moulaye Ely, de Ndjajibi et Edebaye Ehl Guelaye).

A noter que la Mauritanie est classée dans les catégories des pays pauvres et très endettés. Plus de la moitié de la population (50,5 %) ont des revenus au dessous du seuil de pauvreté, chiffré à 53881 UM/an.

Ibrahima Junior Dia




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org