Cridem

Lancer l'impression
02-05-2018

16:16

La CNTM célèbre le 1Mai et réclame l’ouverture des négociations collectives sérieuses

CNTM - Sous les deux slogans « Non au blocage des négociations collectives « Non à la tergiversation pour retarder les élections syndicales » les syndicats professionnels et sections syndicales membres de la Confédération Nationale des Travailleurs de Mauritanie sont sortis massivement célébrer la fête internationale du travail 1 mai 2018.

De leur point de regroupement sur l’avenue Jamal Abdenasser, entre la Banque de Commerce et d’Industrie (BCI) et la Banque Mauritanienne du Commerce International (BMCI), les militants de la CNTM ont sillonné l’avenue principale avant de bifurquer par la radio Mauritanie, en direction de l’ancienne maison des jeunes.

L’imposante marche a été clôturée par un meeting à l’ancienne maison des jeunes. Dans un discours qu’il a prononcé devant les militants et militantes de la centrale, Monsieur Mohamed Ahmed Ould Saleck a précisé que la célébration du premier est loin de figurer comme un évènement anodin.

Il est plutôt une occasion d’exprimer la foi des travailleurs dans les idéaux de liberté, de justice et d’équité. Le secrétaire général de la Confédération Nationale des travailleurs de Mauritanie s’est dit solidaire de tous les travailleurs de la planète qui souffrent de privations et d’injustices qui leur sont infligées par les états et les employeurs.

La situation internationale est marquée par de nombreux traits alarmants dont entre autres, la poursuite effrénée du libéralisme sauvage sous l’impulsion de l’organisation mondiale du commerce et des multinationales, exacerbant les phénomènes de la pauvreté et de la fragilisation des pays en voie de développement.

La situation interne, influencée par la crise internationale est marquée elle aussi par de nombreux traits préoccupants. Parmi les premiers points figure dit Ould Saleck, le taux de chômage de 31% constituant l’un des taux les plus élevés de la sous région.

A ce chômage alarmant, s’ajoutent la hausse vertigineuse des denrées essentielles et la faiblesse de la protection sociale, sans compter la violation des normes internationales de travail, l’instrumentalisation de la justice et la mise sous contrôle judiciaire de leadeurs syndicalistes.

Le secrétaire général a violemment dénoncé le retour du gouvernement à la privatisation et à la liquidation des entreprises publiques notamment dans les cas de la Société Nationale d’Import et d’export SONIMEX et dans celui de l’Entreprise Nationale d’Entretien Routier ENER.

La Confédération Nationale des Travailleurs de Mauritanie exige dit-il, l’ouverture de sérieuses négociations seul moyen de traiter les grandes difficultés des travailleurs fustigeant au passage, le peu d’intérêt fait par les pouvoirs publics aux négociations en cours, ouvertes en 2016.

Monsieur Mohamed Ahmed Ould Saleck a appelé toutes les organisations syndicales mauritaniennes sérieuses à faire front unique pour relever les défis. Il a rendu hommage à tous ceux qui ont contribué historiquement aux succès du mouvement syndical, particulièrement au niveau national.

Le secrétaire général a annoncé la solidarité de la CNTM avec les généralistes et spécialistes entrés en grève, invitant le gouvernement à prendre au sérieux toutes leurs revendications.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org