Cridem

Lancer l'impression
08-05-2018

01:00

Nouakchott: Ouverture d’une conférence régionale d’engagement des réseaux religieux pour l’autonomisation des femmes et des jeunes

AMI - Les travaux d’une conférence régionale d’engagement des réseaux religieux pour l’autonomisation des femmes et des jeunes et le dividende démographique au Sahel ont débuté lundi à Nouakchott avec la participation des délégations du groupe des cinq pays du Sahel (G5 Sahel).

L’agenda de la rencontre, de quatre jours, prévoit plusieurs exposés théoriques sur l’autonomisation des femmes et des jeunes, la position de l’Islam par rapport à la poursuite de l’éducation formelle des filles, l’autonomisation sociale et économique et leur bonne santé reproductive, la promotion de la femme et la lutte contre l’extrémisme en Islam et l’analyse des problématiques spécifiques des pays.

Supervisant l’évènement, le ministre des affaires islamiques et de l’enseignement originel, Ahmed Ould Ehel Daoud, a précisé que le choix de la Mauritanie pour abriter cette conférence est motivé par sa réputation sur la scène régionale en tant que havre de sciences, de paix, d’ouverture et d’échanges avec l’autre.

Il a ajouté que la Mauritanie, connue par son rayonnement scientifique, servait pendant des siècles de pont de jonction et de liaison culturelle vers plusieurs endroits, de par le monde, et sur le continent africain, en particulier.

Au sujet de la promotion de la femme, le ministre a précisé que la Mauritanie, consciente du rôle de la femme dans le développement et la formation des générations montantes, était à l’avant-garde des pays ayant adopté une approche efficace pour sa promotion et son autonomisation.

Ce choix stratégique, dit-il, réaffirmé à plusieurs reprises par le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a été matérialisé par la préservation des droits de la femme et son accession à des postes administratifs et électifs de haut niveau.

Le gouvernement mauritanien poursuivra son action pour autonomiser davantage la femme et supprimer toutes les disparités sociales et éradiquer toutes les pratiques nuisibles à la santé reproductive, conformément à nos valeurs islamiques qui accordent un statut privilégié à la femme.

Auparavant l’Imam Cheikh Saleh, a, au nom de l’association des Oulémas de Mauritanie, précisé que la Mauritanie était toujours au premier des pays ayant matérialisé l’autonomisation sur la base de sa conviction religieuse et adopté un mécanisme d’accompagnement privilégiant la catégorie des jeunes et des femmes et leur permettant de parvenir aux objectifs escomptes.

Pour sa part, le représentant de l’UNFPA à Nouakchott, M. Dr Zeinatt Haidar, a, au nom du directeur régional de l’UNFPA, précisé que la conférence constitue l’aboutissement d’un long processus de concertation entre les pays du SWEDD, la BM et l’UNFPA pour formaliser l’engagement et le soutien des leaders religieux et traditionnels aux initiatives d’autonomisation des jeunes et des femmes ainsi qu’à l’action des communautés en matière de santé reproductive et de promotion du genre.

Quant au représentant de la Banque Mondiale à Nouakchott, M. Laurent Msellati, il a salué l’intérêt qu’accorde la Mauritanie à l’autonomisation de la femme et au dividende démographique dans le but de renforcer les capacités des femmes et des jeunes.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence de la ministre des affaires sociales, de l’enfant et de la famille et secrétaire permanent du G5 Sahel.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org