Cridem

Lancer l'impression
20-07-2018

21:32

Coumba Gawlo délègue sa maman et sa tante pour présenter ses condoléances à la famille de Django

L'Authentique - L’artiste et ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies, Coumba Gawlo, a délégué ce vendredi 19 juillet 2019, sa maman et sa tante, arrivées jeudi de Dakar, pour présenter ses condoléances à la famille de Django, ce jeune mauritanien qui avait illuminé un spectacle qu’elle avait animée à Nouakchott et qui est resté gravé dans les mémoires grâce à son rôle remarqué dans le vidéo-clip de l’artiste "Kouye Feugueu".

Moment d’intenses émotions au cours duquel, la maman et la tante de Coumba Gawlo ont communié avec la famille du disparu, quelque part dans la zone périphérique de Nouakchott.

Elles ont été accueillies au pas de la modeste demeure des parents de Django par sa maman, ses sœurs et ses frères. Ce geste de forte humanité les a remués et c’est avec une intense émotion qu’ils ont exprimé leur gratitude et leur reconnaissance envers Coumba Gawlo qui jamais n’a oublié la mémoire de leur fils.

Le geste est d’autant plus empli de grandeur que l’artiste a choisi des personnes honorables, à l’image de sa maman et de sa tante pour accomplir cette démarche, en un jour saint de la semaine.

C’est le lieu ici de faire une mise au point par rapport à la lettre ouverte que M.Khally Diallo a adressé à Coumba Gawlo (voir Cidem http://cridem.org/C_Info.php?article=713644) lui faisant le reproche de n’avoir pas présenté ses condoléances à la famille de Django depuis sa disparition. Nous estimons qu’un journaliste professionnel doit toujours recouper ses informations, les vérifier avant de les publier. M.Khally Diallo aurait pu contacter Coumba Gawlo, présente à Nouakchott, dans la même ville que lui, pour lui demander pourquoi elle ne s’est pas rendue chez la famille de Django pour présenter ses condoléances ? Nous pensons que si M.Khally Diallo avait effectué cette démarche déontologique minime, il n’aurait pas publié sa lettre ouverte.

En effet, et sous le contrôle de M.Ahmed Ould Hamza, ex-président de la Communauté Urbaine de Nouakchott dont le témoignage ne peut être mis en cause, Coumba Gawlo et lui s’étaient rendus l’année dernière dans le quartier où réside la famille de Django pour présenter ses condoléances. Ils avaient délégué une personne qui devait jouer à l’éclaireur, retrouver la maison, puis avertir la famille qu’une délégation était en route pour leur rendre visite, pour éviter une arrivée non préparée qui risquerait de la mettre mal à l’aise, puis guider Coumba et Hamza vers la demeure. C’était la nuit, aux environs de 20 heures et Coumba devait voyager le lendemain à l’aube. Elle tenta de contacter l’éclaireur pour savoir où il en était, mais son téléphone s’était éteint. Elle l’apprendra plus tard, lorsque las d’attendre, elle rebroussa chemin.

Le monsieur qui était parti en éclaireur la contactera au téléphone vers 23 heures pour lui dire que son téléphone s’était déchargé. Et c’est comme ça que Coumba Gawlo n’a pas pu, lors de son passage en 2017, présenter ses condoléances à la famille de Django. En venant cette année en Mauritanie, c’était l’une de ses priorités et tout avait été planifié avec sa maman et sa tante. En fait, tout était déjà réglé pour cette démarche.

La cellule de communication de Coumba Gawlo

-----











Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org