Cridem

Lancer l'impression
25-07-2018

18:45

Mauritanie : L’OMCT et la FIDH, contre l’entrave à la liberté de mouvement de 5 défenseurs des droits humains

Alakhbar - L'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains, un partenariat de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et de la FIDH, appellent les autorités mauritanienne dont le président Mohamed Ould Abdel Aziz à intervenir de toute urgence sur l’entraves à la liberté de mouvement et d’association de cinq défenseurs des droits humains que devaient participer à la 64ème session du CAT.

L’Observatoire affirme avoir été informé des entraves à la liberté de mouvement et d’association de Mme Maimouna Alpha Sy, secrétaire générale du Collectif des veuves, Mme Aissata Anne, vice-présidente du Collectif des veuves, Mme Aissata Diallo, porte-parole du Collectif des veuves,

M. Sy Yaya Ousmane, chargé de relations extérieures du Collectif des orphelins, et M. Baba Traoré, vice-président du Collectif des rescapés, alors qu’ils devaient participer à la 64ème session du Comité contre la torture des Nations unies (CAT) à Genève (Suisse).

Selon les informations reçues, le 22 juillet 2018, les cinq défenseurs des droits humains ont été arrêtés par la police à l’aéroport international d’Oumtounsy, où ils devaient s’embarquer pour Genève pour participer à la 64ème session du Comité contre la torture des Nations unies (CAT), devant lequel le deuxième rapport périodique de l’État mauritanien est actuellement examiné.

La police a confisqué leurs passeports sous prétexte de vérifier les visas apposés, juste après que les défenseurs avaient effectué les formalités d’embarquement, et a demandé aux défenseurs de produire une lettre des autorités consulaires suisses du Sénégal attestant avoir effectivement délivré ces visas.

En raison de ces retards, les défenseurs n’ont pas pu s’embarquer sur leur vol et ont raté la session de révision de la Mauritanie, qui a eu lieu du 23 au 25 juillet 2018.

Les cinq défenseurs étaient pourtant en possession régulière de leurs visas Schengen ainsi que d’une lettre d’invitation de la part de l’OMCT qui expliquait le but de leur voyage.

L’Observatoire condamne fermement cette entrave à la liberté de mouvement et d’association de Mme Maimouna Alpha Sy, Mme Aissata Anne, Mme Aissata Diallo, M. Sy Yaya Ousmane et M. Baba Traoré, qui ne vise qu’à sanctionner leurs activités de défense des droits humains ainsi que leur participation au Comité des Nations unies contre la Torture.

L’Observatoire appelle les autorités mauritaniennes à mettre un terme à toute forme de harcèlement à l’encontre de Mme Maimouna Alpha Sy, Mme Aissata Anne, Mme Aissata Diallo, M. Sy Yaya Ousmane et M. Baba Traoré et de l’ensemble des défenseurs des droits humains en Mauritanie et à garantir leur droit à la participation aux mécanismes internationaux de protection et promotion des droits de l’Homme.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org