Cridem

Lancer l'impression
01-08-2018

06:00

ONG ACTION/BIT : Le Coopérativisme pour lutter contre le chômage et la pauvreté

Le Quotidien de Nouakchott - Un atelier sur «L’Économie Sociale et Solidaire ; changer les mentalités pour un coopérativisme productif» a eu lieu lundi 30 juillet 2018 à la chambre de commerce de Nouakchott.

Il a été organisé par le Bureau International du travail et l’ONG mauritanienne ACTIONS, qui ont bénéficié d’un appui respectif de la Délégation de l’Union Européenne (DUE) et de l’Agence Espagnole pour la Coopération Internationale au Développement (AECID).

Objectif de l’atelier : « discuter du coopérativisme en tant qu’outil de développement économique et social, pouvant contribuer au développement local et à l’émancipation des acteurs. La notion du genre, le cadre institutionnel des coopératives et le rôle des groupements d’acteurs économique dans le secteur de la pêche ont été également débattus. »

Des experts nationaux et internationaux, des représentants de coopératives, des ministères, des institutions nationales et autres acteurs du développement ont pris part à cet atelier.

Frederico Barroeta, point focal du BIT en Mauritanie, a rappelé que «la création d’un secteur privé performant et inclusif, prenant en compte les couches les plus vulnérables et en lien avec l’emploi des jeunes et le développement des compétences est une dimension essentielle de la nouvelle stratégie nationale de croissance accélérée et prospérité partagée. »

Adam Jansen, chargé d’affaires à la délégation de l’UE a Nouakchott, au sujet de l’économie sociale et solidaire, a fait le constat suivant : « le secteur privé n’est pas que les grandes entreprises formelles ; tout le monde ne travaille pas à la SNIM en Mauritanie. En fait, la plupart des entreprises en Mauritanie sont de micro entreprises ou des PME, souvent de nature formelle. Ce sont elles qui créent la plupart des emplois».

Yacouba Diagana, coordinateur de l’ONG ACTIONS a mis l’accent sur l’absence de visibilité et d’intégration de ce secteur dans les politiques publiques. Enfin, les travaux de l’atelier ont continué sous formes de panels animés par des experts nationaux et internationaux.

Ainsi, il y a eu quatre panels riches et instructifs : « La coopérative comme vecteur de développement économique durable et solidaire, la coopérative : un engagement collectif de vie, la dimension du genre dans les groupements d’acteurs socio-économiques (panel) et le rôle des groupements d’acteurs économiques dans le développement du secteur de la pêche.»

Le Quotidien de Nouakchott



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org