Cridem

Lancer l'impression
20-08-2018

10:54

Fête d’El Id El Kebir Le mouton hors de portée

L'Authentique - Le mouton de fête n’est pas encore acquis pour de nombreux ménages à Nouakchott alors quelques heures séparent du jour "J", prévu mardi prochain. D’abord parce qu’il est hors de portée, ensuite parce que les marchés de bétail ne sont pas suffisamment approvisionnés.

Tout semble se passer comme si les vendeurs de mouton se sont donné le mot, arrêtant les mêmes prix sur l’ensemble des marchés de bétail : pour disposer d’un mouton « valable, entier et à-même d’assurer la fête », il faut débourser entre 4000 et 5000 N-UM. Pour ceux qui sont assez pourvus financièrement, il y a à se servir, avec des moutons dont le prix oscille entre 8000 et plus de 10.000 N-UM.

Cette année, les éleveurs mauritaniens sont nombreux qui ont décidé de migrer avec leur bétail dans les pays voisins, en Gambie, au Mali et surtout au Sénégal où les moutons sont vendus à des prix assez élevés et en devises. Les bénéfices seraient conséquents puisque le mouton est vendu au moins à 100.000 Frs.

CFA et peut aller jusqu’à un million de Frans CFA. Non seulement, les éleveurs y gagnent puisque le mouton se vend mieux mais surtout, à leur retour aux frontières, ils gagnent au change.

A présent, le marché de bétail de Nouakchott ne connaît pas encore la grande affluence. Peut-être parce que les populations sont encore occupées dans la campagne électorale qui a démarré il y a quelques jours, ou peut-être parce que les acheteurs attendent la veille de la fête pour se procurer leur mouton, espérant qu’à ce moment-là, les éleveurs seront obligés de se débarrasser de leur bétail de crainte de rentrer sans fonds.

MOM



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org