Cridem

Lancer l'impression
26-08-2018

13:51

Population: quand islam rime avec planning familial

RFI - Le bureau régional à Dakar du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) vise une approche « inclusive » en Afrique de l’Ouest et centrale, en passant par les chefs religieux pour relayer son message.

L’objectif : lutter contre les violences sexuelles, défendre l’égalité des sexes, mais aussi l’accès à la santé sexuelle et reproductive. En clair : informer les imams et les prêtres sur les impératifs du « dividende démographique » et du contrôle des naissances.

Comment tirer parti du dividende démographique, cette étape tant attendue en Afrique, qui voit l’arrivée massive de jeunes sur le marché du travail tirer de façon mathématique la croissance économique ? Ce « dividende », qui n’a rien d’automatique, suppose aussi la réduction des personnes à charge pour ces actifs, enfants comme personnes âgées.

Or, le niveau de fécondité reste très élevé en Afrique de l’Ouest et centrale, avec des indices de 5,5 et 4,9 enfants par femme, allant jusqu’à un pic de 7,2 au Niger et près de 6 enfants par femme au Tchad et au Mali. En outre, la fécondité des adolescentes, 128 naissances pour 1 000 adolescentes, y est la plus forte au monde, conséquence à la fois du mariage précoce et de l’accès difficile à la contraception. En cause, les réticences culturelles et religieuses à avoir recours au planning familial.

Les méthodes modernes de contraception sont utilisées par 22% de la population au sud du Sahara, mais seulement par 13% en Afrique de l’Ouest et centrale. Certains pays affichent même le plus faible recours à la contraception au monde : 7 % en Guinée, 6 % au Tchad et moins de 15 % au Niger, au Mali, au Bénin et en Gambie.

Pour faire face, le bureau régional du UNFPA à Dakar, dont l'économiste sénégalais Mabingue Ngom est le directeur, vise à faire rimer « islam et planning familial ». Il s’agit de réconcilier les deux termes de cette équation, en vue des objectifs de développement des agendas 2030 et 2063, tels qu’ils ont été définis par les Objectifs du développement durable (ODD) et l’Union africaine (UA).

Le UNFPA part de ce simple constat : « Ces objectifs ne peuvent être atteints sans tenir compte des valeurs culturelles et religieuses des populations cibles. Les leaders religieux jouissant d’une grande estime au sein des communautés, leurs messages sont très respectés par les populations. »

Les premiers jalons posés

Comment renverser la vapeur ? La mission n’est pas tout à fait impossible, puisqu’elle a déjà commencé dans sept pays, Mauritanie, Côte d’Ivoire, Mali, Gambi, Burkina Faso, Niger et Tchad. Des plans d’action y sont menés par les chefs religieux dans leurs communautés, dans le droit fil d’une consultation régionale organisée à Dakar en octobre 2015 avec des membres du clergé chrétien comme musulman.

A l’ordre du jour : la reproduction et le dividende démographique. Pour rendre cet enjeu moins abstrait, une plateforme régionale et inter-confessionnelle de partage des connaissances a été montée.

De forums en conférences, le message fait son chemin. En Gambie, le gouvernement, le Conseil islamique et la société civile se sont réunis en novembre 2017, pour adopter une déclaration commune contre toutes les formes de violences basées sur le genre, mariages précoces et mutilations génitales comprises.

Au Tchad, c’est un symposium international sur le thème « Islam, dividende démographique et bien-être familial » qui a réuni un millier d’oulémas, imams et femmes prédicatrices à Ndjamena, en juillet 2017. L’occasion de signer une déclaration et de rappeler les antécédents en matière d’islam et de planning familial.

Déjà, en 2005, une première conférence du réseau des organisations islamiques africaines s’était tenue à Abuja, au Nigeria, pour parler de démographie. Sa déclaration finale avait mentionné l’acceptation par l’islam des questions de santé maternelle et d’espacement des naissances.

Enfin, l’engagement des leaders religieux du Sahel a été sollicité, en mai dernier à Nouakchott, lors d’une autre conférence organisée par le bureau régional du UNFPA et la Banque mondiale. Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad étaient représentés, outre le Bénin, le Nigeria et le Maroc. En est sortie une feuille de route pour assister les religieux à élaborer des plans d’action précis, sur le terrain.

L’université Al-Azhar et le Bangladesh sollicités

Afin de rendre le message encore plus légitime, un atelier de formation de 42 leaders religieux du Sahel a été organisé en avril dernier avec l’université Al-Azhar, au Caire, l’institution qui fait référence dans l’islam sunnite. Un Centre islamique international pour la recherche et les études en population de l’université Al-Azhar l’a organisé, après avoir été lancé avec l’appui du UNFPA.

D’autres délégués issus de différents ministères des pays du Sahel ont échangé leurs expériences lors d’une mission au Bangladesh en mai 2016. Des visites de sites et des discussions se sont tenues avec le ministère des Affaires religieuses du Bangladesh, l'Académie de formation des imams, et tout un éventail d'organismes de services de santé communautaires. Deux leçons cardinales ont été retenues.

La première tient à l’organisation pyramidale des instituts religieux au Bangladesh, sous la tutelle du ministère des Affaires religieuses. Ce qui légitime les messages des chefs religieux sur la santé reproductive. La seconde leçon porte sur les argumentaires élaborés par les instituts religieux, pour obtenir l’adhésion des populations.

Le bureau régional du UNFPA à Dakar pour l'Afrique de l'Ouest et centrale ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Un atelier de formation est prévu à Ouagadougou avec l’appui de l’université Al-Azhar, pour cibler des leaders religieux du Sahel : les moins de 40 ans, hommes comme femmes, qui prêchent dans des mosquées importantes et sont d’accord pour promouvoir les droits et la santé sexuelle et reproductive.

Cette formation aura recours à des experts de l’université Al-Azhar, mais aussi de l’université Zeitouna de Tunisie et de la Rabita Mohammadia des oulémas du Maroc.

Une autre piste consiste à toucher concrètement les lieux de cultes et les structures qui y sont associées, tels que les centres de soins et les radios communautaires. Egalement au programme : un modèle de plaidoyer « Islam et planning familial » qui vulgarise les versets du Coran et les hadiths de la Sunna illustrant l’acceptation de la planification familiale par l’islam.

Par Sabine Cessou

(Ré) écouter : Démographie africaine, atout ou handicap? (Le débat africain)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org