Cridem

Lancer l'impression
26-08-2018

21:45

Touldé conjugue le verbe investir avec les forces vives

Journal Le Terroir - A l’occasion du 18ème anniversaire de l’association Fedde jokere Endam « Association de Solidarité et d’Entraide » regroupement les jeunes du même âge à Touldé les membres de l’organisation vivant en Mauritanie et dans la diaspora se sont retrouvés dans l’enceinte du gros village de Touldé pour le lancement officiel des activités du Fonds de Solidarité et d’Investissement en abrégé FSI présence de plusieurs notables de la localité.

C’est M. BA Aliou Silèye, vice-président qui a prononcé le mot d’ouverture au nom du président M.El Hadj Diallo, du secrétaire général de l’organisation, Mamadou Djibril BA, de Tacko Sileymani M’BAYE, du Dr BA Oumar, Zeînebou BA, adjointe au maire, du Chef du village de Touldé, BA Alassane Adama, de Alhousseyni Sy, M’BAYE Demba Yero entre autres.

8 demandes de financements sur 18 requêtes ont été validées par le comité de gestion du FSI. Des requêtes de financement de projets de teintures, d’achats de machines de coutures entre autres pour un montant de prêt d’un million d’ouguiyas.

Un panel technique autour du montage et du fonctionnement du FSI animé par président M.El Hadj Diallo a été le temps fort de cette grande et journée très riche. L’idée a été magnifiée par le professeur SY Alhousseyni qui a fustigié le gaspillage dans notre société et prononcé des bénédictions pour le succès du projet.

Quant à Abdoulaye Mamadou BA, responsable d’ONG, il a rappelé l’expérience des communautés Yérouba et des fidèles Mourides et de la communauté de Niabina qui ont vaincu la pauvreté à travers des projets de solidarité. Quant au chef du village, il a loué l’œuvre des membres du FSI et encouragé leurs actions avant de se retirer. L’adjointe au maire a salué le public au nom du maire et des femmes du village et M’Baye Demba Yero a fermé le bal des orateurs.

Le développement fait appel à beaucoup de choses à côté des investissements telles que la lutte contre le gaspillage dans notre société selon le président BA El Hadj. Que faire pour sortir de la pauvreté s’est interrogé M. El Hadj qui a parlé de l’approche par la demande pour booster la pauvreté dehors.

Ba Mamadou Djibril s’est réjoui d’être présent à cette cérémonie, l’occasion selon lui de retrouver beaucoup de parents et amis qu’il n’a pas vu depuis très longtemps. Il a dit que prêter l’argent demeure un travail délicat. Il a ému le regret que ce projet ne soit pas engagé par tous les fils de Touldé.

Beaucoup de projets exigent de bons comportements de la part des bénéficiaires, tels les talents mais aussi la détention de moyens de la part des donateurs. Il a expliqué les démarches empruntées par les responsables de Fedde Jokéré Endam pour mobiliser les financements auprès des bonnes volontés et les voies et moyens de vulgariser cette nouvelle expérience auprès des masses locales de façon générale après l’expérience pilote qui va débuter incessamment.

Il a insisté sur la délicatesse de prêter de l’argent aux masses. Et le panel sera l’occasion de discuter sur les risques liés aux prêts, les difficultés et les voies et moyens de les surmonter.

Le Fonds a été crée sur une période de trois ans. Sur la base des ressources propres aux membres de Fedde Jokéré Endam qui a eu des promesses de financement qui s’élèvent à 9 millions d’ouguiyas dont déjà 2 millions ont été mobilisés selon Mamadou Djibril BA. Il a insisté sur l’impérieuse nécessité de rassurer les donateurs.

Rassurer pleinement les donateurs. Être sûr d’abord que les premières tranches ont été bien utilisées. Il n’a pas manqué de souligner les procédures de financement établis par le FSI, la politique de suivi et des critères de financement élaborés, l’évaluation des requêtes de financement, l’importance d’aider surtout ceux qui travaillent d’abord, les garantis de financement pour éviter l’écroulement du fonds.

Toutes ces questions ont été développées avec beaucoup de clarté devant le public par M. BA. En cas de résultats tangibles, le Fonds sera élargi at-il dit.

Et Tacko Sileymani M’BAYE d’ouvrir les débats du panel.

Durant tout au long de la journée, un débat très fructueux entre les membres sur notamment les assurances du Fonds, l’accès au financement, bref tous les sujets relatifs au déroulement du FSI a dominé le reste de la journée qui s’est achevé par la lecture d’un long verset de coran par le marabout.

Daouda Abdoul Kader DIOP



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org