Cridem

Lancer l'impression
27-08-2018

21:30

Elections en Mauritanie : le chef de l'Etat appelle à voter en faveur des candidats de sa mouvance

Xinhua - Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé ces derniers jours les "militants des partis de la majorité" à voter massivement en faveur des candidats de sa mouvance au cours des élections législatives, régionales et municipales du 1er septembre, a-t-on constaté sur place.

Ces élections devront permettre de renouveler l'Assemblée nationale, ainsi que les conseils régionaux et municipaux en attendant l'élection présidentielle prévue en avril 2019, sans la participation du président sortant, dont le second et dernier mandat arrive à expiration.

En meeting à Rosso, une ville au sud de Nouakchott, M. Ould Abdel Aziz a indiqué : "L'appartenance à l'Union pour la République (UPR, parti au pouvoir) doit être une réalité ancrée chez tous et il appartient à chacun d'oeuvrer durant les élections à la réalisation d'une majorité écrasante au Parlement de nature à garantir la poursuite du processus de réforme et de préparer le terrain à davantage de réalisations au service du pays".

Le chef de l'Etat a insisté sur la "nécessité" de faire gagner les listes de l'UPR, "notamment les listes régionales qui auront la responsabilité de gérer les ressources d'une ville riche comme Rosso", un grand centre agricole.

"Les élections actuelles sont caractérisées par l'absence de partis politiques porteurs de programmes du fait de la personnalisation des candidatures", a-t-il cependant déploré.

M. Ould Abdel Aziz va poursuivre sa tournée des provinces en se rendant ce lundi dans la province du Guidimagha, à plus de 450km au sud-est de Nouakchott. C'est la cinquième province qu'il visitera après celles de Gorgol (sud), Hodh Charghi (sud-est), Brakna (centre) et Trarza (sud-ouest).

Au cours de ces déplacements, ses partisans ont continué à "exiger" un troisième mandat qui devra permettre "la continuité des grands chantiers".

Ces visites sont largement critiquées par l'opposition, qui reproche au chef de l'Etat de "s'engager dans une campagne sans précédent pour laquelle il mobilise sa fonction et tous les moyens de l'Etat", a accusé Mohamed Lemine Ould Grayva, candidat à la députation.

Pour Abdessalam Ould Horma, président du parti Sawab, les appels du chef de l'Etat visent à "trouver une voie vers un troisième mandat". "Ce qui ne pourra pas avoir lieu, car le terrain sur lequel se trouve Ould Abdel Aziz aujourd'hui est défavorable pour une telle perspective", a-t-il ajouté.

"En tous cas, le président actuel aura fait un parjure s'il touche aux articles de la Constitution limitatifs du mandat à cinq ans et renouvelable pour une seule fois", a-t-il conclu.

Pour Messaoud Ould Boulkheir, dirigeant de l'Alliance populaire progressiste, la campagne entreprise par le président ne conduira à rien, car "le peuple mauritanien est contre l'idée du troisième mandat qui ne pourra avoir lieu".



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org